TV

Bernard Tapie choqué : Un journaliste l'interroge sur la mort (vidéo)

Bernard Tapie choqué : Un journaliste l'interroge sur la mort (vidéo)

Invité par nos confrères de Cnews ce 7 mars, Bernard Tapie a dû répondre à une question très délicate sur la mort. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Bernard Tapie était l'invité ce jeudi 7 mars sur Cnews dans l'émission "L'heure des pros". Le politique de 76 ans est atteint d'un double cancer de l'œsophage et de l'estomac. Prêt à se battre contre la maladie, l'ancien homme d'affaires lutte également contre la justice. En plein procès, Bernard Tapie enchaîne les apparitions médiatiques. Le 4 mars, il était notamment invité sur Europe 1 par Audrey Crespo-Mara. Cette interview a d'ailleurs été écourtée précipitamment après une question à laquelle il n'a pas souhaité répondre. Ce 7 mars sur le plateau de Cnews, Bernard Tapie a de nouveau très mal pris une interrogation indélicate d'un journaliste. Alors qu'il venait évoquer sa maladie et son futur procès face aux caméras, il a en effet été décontenancé par une question "atroce", selon les propres termes du chroniqueur.

"Il n'y a pas de pudeur là !"

"Si demain vous disparaissez, qu'est-ce qu'il advient de tous les procès, ça va vers qui ?", demande le journaliste sans prendre de gants. Quelque peu choqué, Bernard Tapie peine à trouver ses mots. "Merci alors… ça écoutez, si vous voulez bien… Non, mais je n'ai pas envie de…", lâche-t-il avant de s'offusquer et de s'exclamer : "Il n'y a pas de pudeur là, il n'y a pas de retenue". "Je ne savais pas que vous étiez capables de ça vous… Content de l'apprendre", conclut Bernard Tapie, dépité. Le 17 novembre dernier, l'ancien président de l'OM avait accepté de participer à un nouvel épisode de l'émission "Au tableau", diffusé sur C8. Dans un extrait, Bernard Tapie évoquait la mort et expliquait qu'il n'en avait pas peur. Si la fin de la vie n'est visiblement pas une hantise pour lui, ce n'est pas vraiment le cas des questions parfois trop directes des journalistes...

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people