TV

Bernard Tapie admiratif : Il se confie sur Johnny Hallyday et sa maladie (vidéo)

Bernard Tapie admiratif : Il se confie sur Johnny Hallyday et sa maladie (vidéo)

Invité par Anne-Elisabeth Lemoine dans "C à vous" ce 18 janvier, Bernard Tapie s'est confié sur sa maladie et sur celle qui a également touché Johnny Hallyday. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Sur le plateau de "C à vous" par Anne-Elisabeth Lemoine ce 18 janvier, Bernard Tapie s'est laissé aller à quelques confidences. Questionné sur son état de santé, le politique de 75 ans est revenu sur son double cancer de l'estomac et de l'œsophage. Loin de vouloir baisser les bras face à la maladie, le père de la chanteuse Sophie Tapie redouble d'efforts pour rester en vie et continuer à se battre. "Si vous ne vous mettez pas un objectif qui dépasse votre simple volonté… -et c'est ça que j'ai dit en parlant de mon procès-. Mon procès il me tient vivant, vous ne pouvez pas savoir. Parce que je ne veux pas le rater et pour rien au monde", explique Bernard Tapie dans l'émission de France 5. L'ancien ministre et patron de l'Olympique de Marseille ne compte pas se laisser aller et encore moins vaincre par la maladie. Celui qui avait avoué le 17 novembre dernier, dans l'émission "Au tableau", qu'il n'avait pas peur de la mort a évoqué le cancer qui a rongé Johnny Hallyday pendant son existence.

"Il donnait tout et c'était fabuleux"

"Johnny Hallyday il était dans une incapacité de faire ce qu'il a fait, mais la musique arrive, le rideau s'ouvre et vas-y mon pote. Il y allait, il donnait tout et c'était fabuleux", lâche Bernard Tapie, visiblement inspiré par la force de caractère que le rockeur conservait malgré son état de santé. "Il faut que ceux, qui ne sont ni acteurs, ni machin, ils se trouvent quand même. Ça peut être vos enfants qui ont besoin de vous, ça peut être l'amour de votre femme, vos copains, peu importe… Il faut se mobiliser sur le plan de l'énergie", ajoute celui qui est mis en examen pour escroquerie en bande organisée et détournement de fonds publics.

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people