TV

Bernard De la Villardière choqué par les techniques des dealers dans Dossier Tabou (vidéo)

Bernard De la Villardière choqué par les techniques des dealers dans Dossier Tabou (vidéo)

Ce lundi 27 mars sera diffusé un nouveau numéro de Dossier Tabou sur M6. Dans ce dernier, Bernard De la Villardière y découvre un immeuble où la drogue est vendue de manière décomplexée. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Pour son deuxième numéro de Dossier Tabou, Benard De la Villardière s’est rendu dans un immeuble de Compiègne. Le sujet de son reportage est le commerce de cannabis. Une vraie question d’actualité, puisque la législation de cette drogue est très au cœur des débats ces derniers temps. Le journaliste a été très surpris et choqué en découvrant le repère de dealers dans le hall de l’immeuble. Les habitants de ce dernier se plaignent depuis longtemps du fait que cette activité y ait lieu. Ce qui était le plus déconcertant pour le journaliste, c’était de découvrir la manière complètement décomplexée de la vente de drogue. Il y avait sur place une vraie organisation : un petit tabouret pour le dealer. Un carreau cassé, pour que le "chouff" puisse vérifier si la police arrive. Ils appellent cela leur "poste anti-police".

"Crack : 1 gramme, 100 euros. Héroïne : 10 ou 15 euros"...

Sur le côté, toute une réserve de sachets. Et, le pompon, une pancarte. Le même genre de pancarte qu’un grossiste pourrait afficher pour signifier une promotion sur ses bananes. Sauf que sur cette dernière, ce sont les prix des drogues qui sont affichés. "Crack : 1 gramme, 100 euros. Héroïne : 10 ou 15 euros." Plus bas, le prix du shit est également affiché, avec des offres spéciales. C’est un résidant, scandalisé par cette pratique, qui a montré ce système à Bernard De la Villardière et son équipe. Un peu plus tard, le journaliste fumera son premier joint devant les caméras de la chaîne M6. Un numéro qui va certainement à nouveau faire parler de lui, à l’instar du précédent. Dans ce dernier, il consacrait un sujet à l’Islam, et partait à la rencontre de jeunes à Sevran, ce qui lui avait valu de violentes altercations. Il fut d’ailleurs fortement critiqué pour ce reportage, en particulier par Enora Malagré, qui lui avait demandé de "foutre la paix aux musulmans".

Par M. H

Réagissez à l'actu people