TV

Battue durant quatre ans, elle raconte son enfer (vidéo)

Battue durant quatre ans, elle raconte son enfer (vidéo)

Depuis plus de quinze ans, le 25 novembre est la Journée internationale pour l'élimination de la violence contre les femmes. À cette occasion, la chaîne France 3 a rencontré l'une de celles pour qui la vie de couple s'est peu à peu transformée en cauchemar. Morgan Seliman raconte son enfer dans un livre "Il m'a volé ma vie". Découvrez son témoignage en vidéo dans cet extrait que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Elle s'appelle Morgan Seliman et elle a 32 ans. Elle a fait partie de ces 223.000 femmes victimes de violences conjugales chaque année. La peur, elle la vivait tous les jours auprès de son compagnon. Durant quatre ans, elle n'a pas osé fuir. Si au début tout allait pour le mieux, c'est progressivement que son ex-mari l'a menacée et l'a séparée de ses amis. Dénigrée, elle a dû affronter les insultes, le rabaissement, puis un jour les coups sont arrivés. La routine installée, Morgan Seliman se contentait d'encaisser et jamais elle ne répondait, par peur de représailles. Pour résister aux frappes de son compagnon, elle se répétait "je n'ai pas mal, c'est dans ma tête". L'homme s'était même prêté à un rituel incroyable "après chaque séance de coups, il va prendre une douche et il faut que, quand il sort de sa douche, je lui aie préparé mes excuses et que la maison soit redevenue top".

"J'avais peur qu'il me tue"

Après quatre longues années à vivre l'invivable et à s'occuper du foyer pour éviter des coups, la jeune femme a pris les choses en main et a trouvé le courage de partir. Aujourd'hui elle se sent mieux et elle a tenu à témoigner les douleurs de sa vie passée auprès d'un bourreau infernal. Dans son livre "Il m'a volé ma vie", elle raconte tout ce qu'elle a subi et tient à montrer à celles qui vivent le même cauchemar, que leur bonheur existe ailleurs. "Je ne suis pas partie, tout simplement parce que j'avais peur, très très peur de cet homme-là. Peur qu'il s'en prenne à ma famille, peur qu'il s'en prenne à moi, qu'il me tue". C'est finalement grâce à une amie et à une association qu'elle a pu trouver le courage de partir. "Pour moi c'était très compliqué, quand j'ai quitté cet homme-là, de savoir ce que j'aimais. Je pensais qu'ils n'y avaient que les autres qui pouvaient s'en sortir, et non. Voilà, il faut que les femmes battues prennent conscience qu'elles sont très fortes. Si elles supportent tout ça, c'est qu'elles sont largement capables de s'en sortir".

 
Réagissez à l'actu people