TV

Balance ton post : Yann Moix agacé par les propos d'Agnès Pannier-Runacher (vidéo)

Balance ton post : Yann Moix agacé par les propos d'Agnès Pannier-Runacher (vidéo)

Invitée dans Balance ton post ce jeudi 4 février, Agnès Pannier-Runacher a défendu Emmanuel Macron au sujet de la stratégie vaccinale du gouvernement, avec des termes qui ont fait réagir Yann Moix. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

La campagne de vaccination s’accélère en France après un début critiqué pour sa lenteur. Plus de 1,6 million de Français ont reçu au moins une première dose de vaccin au 2 février. Si la France est dernière en Europe d'après le site OurWorldInData sur le nombre d'injections, Jean Castex a assuré ce jeudi 4 février que seront ouverts "dans les prochains jours", 1,7 million de rendez-vous supplémentaires pour la première injection. Invitée dans Balance ton post, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l'industrie, a défendu la stratégie vaccinale du gouvernement et Emmanuel Macron en le qualifiant de "chef d'entreprise" qui n'hésite pas à donner un coup de pression pour faire avancer ses équipes.

"Un peu de dignité"

"C’est le job de chef. Il fait son job de patron et nous on fait notre job d’aller le plus vite possible. On a donc accéléré la vaccination", a-t-elle assuré. Mais le vocabulaire utilisé par Agnès Pannier-Runacher n'a pas été du goût de Yann Moix. "Quand vous dites que c’est un patron qui fait son job, ce genre de vocable, je trouve ça lamentable. C’est un pas un patron, c’est un président de la République qui a la responsabilité de la santé de ses concitoyens. On ne parle pas de job, on ne se comporte pas comme si on dirigeait une PME. C’est la France, c’est la République française. Un peu de dignité, y'a des morts", lui a-t-il critiqué. Mais la ministre ne s'est pas laissée déstabiliser en se défendant : "J'ai le plus grand respect pour la République, mais à un moment on peut utiliser des mots simples". Avant d'être de nouveau visée par Eric Naulleau jugeant son discours "inaudible".

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people