TV

Attentats de Paris - Vidéo de la Casa Nostra vendue : La réponse accablante du Petit Journal au patron du restaurant

Attentats de Paris - Vidéo de la Casa Nostra vendue : La réponse accablante du Petit Journal au patron du restaurant

Ce mercredi 2 décembre, Yann Barthès a tenu à répondre dans Le Petit Journal aux accusations de Dimitri Mohamadi, le gérant du restaurant Casa Nostra et Jeffrey Schinazi son avocat.La veille sur le plateau de C à Vous, le gérant assurait que contrairement à ce qui avait été dit dans l'émission de Canal+, il n'avait pas participé à la vente de la vidéo de l'attaque de son restaurant le soir des attentats de Paris. Yann Barthès a alors présenté des "images accablantes" contre le patron de la pizzeria comme vous pouvez le voir dans cette vidéo que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Le 23 novembre dernier, Le Petit Journal diffusait un reportage qui a particulièrement choqué les téléspectateurs. Grâce à une vidéo filmée en caméra cachée par un journaliste indépendant, Djaffer Ait Aoudia, on apprenait que le gérant de la pizzeria Casa Nostra, théâtre de l'une des attaques du vendredi 13 novembre, avait vendu les images provenant de caméras de surveillance à un journaliste du Daily Mail. Le prix de la vidéo aurait atteint la somme de 50 000 euros.

Ce mardi 1er décembre, Dimitri Mohamadi, le patron de la pizzeria était sur le plateau de C à Vous accompagné de son avocat, Jeffrey Schinazi. "Mon client reproche à Canal+ d’avoir souscrit une présentation totalement fausse et tronquée des événements. Et d’avoir utilisé un film qui ne restitue pas la réalité de ce qu’il s’est passé. Ce qui est  extraordinaire, c’est que dans une affaire aussi grave un journaliste prestigieux comme Yann Barthès puisse accorder autant d’importance à un pseudo journaliste dont personne ne sait exactement d’où il provient" a alors déclaré l'avocat.

"On aurait pu l'appeler l'affaire sordide mais nous l'appellerons l'affaire craspouille"

Le lendemain, mercredi 2 décembre, Yann Barthès a donc tenu à répondre aux accusations de Dimitri Mohamadi et Jeffrey Schinazi dans Le Petit Journal. "On aurait pu l'appeler l'affaire sordire - car elle est sordide - mais nous l'appellerons l'affaire craspouille, du restaurant Casa Nostra. [...] Nous apprenons hier en regardant France 5 qu'il a l'attention de nous assigner en justice. Quand ici sur le plateau quelques jours après les attentats nous avons fait ce sujet, nous avons protégé le plus possible le gérant du Casa Nostra : en le floutant, en ne donnant pas son nom, en répétant - et c'est très important - qu'il n'y avait pas eu de mort dans son restau et surtout nous avons choisi de ne pas diffuser certaines images accablantes tournées par Djaffer Ait Aoudia, certaines images du gérant qui sont, oui, accablantes pour lui. Nous sommes traînés en justice, l'avocat et le gérant du restaurant ont décidé d'aller sur un plateau de télévision, à C à Vous sur France 5, ces séquences accablantes ils nous obligent aujourd'hui à en diffuser certaines. Nous allons être transparents" a ainsi déclaré Yann Barthès.

Ces images accablantes montrent que contrairement à ce qu'il a affirmé sur le plateau de C à Vous, Dimitri Mohamadi aurait bien assisté aux transactions qui se sont déroulées dans la cave du restaurant et qu'il était donc bien entendu au moins au courant de la vente de cette vidéo. On le voit également montrer la vidéo aux journalises sur son portable. Yann Barthès souhaite également prouver qu'il n'y a pas eu de montage, de trucage.

Réagissez à l'actu people