TV

Attentats de Paris - Salah Abdeslam, son frère l’appelle à "se rendre à la police"

Attentats de Paris - Salah Abdeslam, son frère l’appelle à "se rendre à la police"

Depuis les attentats survenus à Paris le 13 novembre dernier, les interpellations et autres perquisitions sont activement menées sur plusieurs territoires européens, à l’instar de la France et de la Belgique où la police continue son enquête. Parmi les assaillants, deux frères originaires de Bruxelles, Salah et Brahim Abdeslam. Le premier est devenu en quelques heures l’homme le plus recherché d’Europe tandis que l’autre s’est fait exploser au Boulevard Voltaire vendredi soir, ne faisant aucun blessé. Le frère des deux terroristes s’est exprimé sur Salah Abdeslam, toujours en cavale. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Quelques jours seulement après les attentats terroristes qui ont touché la France en plein cœur de Paris, les autorités sont sur le qui-vive, à la recherche de potentiels complices des terroristes. Mais, les forces de l’ordre sont surtout à la recherche du seul terroriste des attaques de Paris encore vivant aujourd’hui, Salah Abdeslam. Ce franco-belge vivait à Molenbeek, une commune limitrophe avec la capitale belge. Fiché en Belgique, il ne faisait pas partie des personnes détentrices d’une "fiche S" en France
Il y a deux ans, Salah Abdeslam est devenu l’heureux propriétaire d’un café à Molenbeek, Les Béguines, qu’il gérait avec son frère Brahim Abdeslam. Ce dernier, également impliqué dans les actes terroristes qui ont été perpétrés dans la capitale, est l’un des kamikazes de l’attaque. Il s’est fait exploser au Boulevard Voltaire dans le XIème arrondissement de Paris, à 21h40.
 

"Salah se rendait de temps en temps à la mosquée", selon son frère

 
Mohamed Abdeslam, frère des deux assaillants, a accepté de s’entretenir avec nos confrères de BFMTV. Placé en garde à vue en Belgique, il a été libéré hier par la justice belge qui n’a visiblement rien à lui reprocher. Dans son interview, cet employé municipal conseille d’ailleurs à son frère, Salah Abdeslam, "de se rendre à la police" afin que "la justice puisse faire toute la lumière sur cette histoire". Mohamed Abdeslam prétend également que son frère, encore vivant à l’heure actuelle mais activement recherché, "était quelqu’un qui ne manquait pas à ses obligations (religieuses, ndlr). Il priait, il ne buvait pas, il se rendait de temps en temps à la mosquée. Il s’habillait très normalement (…) pas de tenues qui pourraient penser que c’est un radicaliste." Un discours contradictoire à celui de Hicham, 25 ans, qui explique à l’agence Reuters que les deux frères "fumaient" et "n'allaient pas à la mosquée". "On les voyait tous les jours au bar", précise le jeune homme. Toujours est-il que Mohamed Abdeslam, le frère de l’homme le plus recherché d’Europe, affirme ne pas savoir où se cache Salah Abdeslam, en cavale depuis la tuerie du 13 novembre. 
 

Par Matilde

Réagissez à l'actu people