TV

Attentat de Strasbourg : CNews piégée... par un faux témoignage (vidéo)

Attentat de Strasbourg : CNews piégée... par un faux témoignage (vidéo)

C'est un véritable bad buzz pour la chaîne CNews. Un bad buzz autour du témoignage d'un faux proche du tireur présumé de Strasbourg, dévoilé par les équipes de Quotidien. Séquence et explications à retrouver sur Non Stop Zapping.

Mardi 11 décembre, quelques heures après la fusillade en plein Strasbourg qui a fait trois morts et plusieurs blessés, les chaînes de télévision hexagonales étaient sur le pied de guerre pour recueillir des témoignages. Parmi eux, celui d'un jeune homme qui expliquait connaitre le tireur au micro de CNews : "Il était super gentil. Il était connu comme le grand frère. C'est toujours celui qui allait apporter quelques bons conseils, ou pour faire une petite leçon de morale." Problème : comment ce fameux Rachid était-il au courant de l'identité du tireur, alors qu'elle n'avait pas encore été divulguée dans la presse (les policiers étant en encore à sa recherche) ? Quotidien a percé ce mystère.

Les journalistes montrés du doigt

En effet, jeudi 13 décembre, Lilia Hassaine a fait des révélations absolument ubuesques.  En fait, ce jeune Rachid n'était autre qu'un imposteur qui s'est bien joué de CNews mais aussi d'Europe1, à qui il avait également livré son faux témoignage. Quelques heures plus tard, c'est sur Snapchat que le jeune homme s'est amusé de la situation, admettant ne pas connaître Cherif Chekatt, le principal suspect de l'attentat de Strasbourg, abattu jeudi 13 décembre par les policiers après plus de 48 heures de cavale. Si la situation peut prêter à rire, elle soulève de grosses interrogations. Comment est-il possible que de grandes chaînes hexagonales passent à côté d'une telle supercherie ? Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes crient au scandale et remettent la faute sur les journalistes. Présent sur le plateau de CNews le mardi 11 décembre, un ancien magistrat s'était déjà montré très dubitatif après la diffusion du témoignage : "Comment vos reporters ont-ils pu retrouver quelqu'un qui sait d'ores et déjà qui est l'assaillant ? C'est la première question que je me pose." Une question somme toute légitime et qui trouve un écho particulier quelques jours plus tard.

Par Sarah Errimi

Réagissez à l'actu people