TV

Attentat de Ouagadougou : Le témoignage choc de l'unique rescapé français (vidéo)

Attentat de Ouagadougou : Le témoignage choc de l'unique rescapé français (vidéo)

Au lendemain de l'attaque qui a fait 29 morts à Ouagadougou vendredi, Jean-Michel Rollot a raconté comment il a vécu les faits alors qu'il séjournait dans l'hôtel attaqué et s'apprêtait à manger dans le restaurant visé par les terroristes. Une vidéo que nous vous proposons de retrouver sur Non Stop Zapping.

Vendredi 15 janvier au soir, un attentat meurtrier a coûté la vie à au moins 29 personnes dans un hôtel et un restaurant de Ouagadougou, au Burkina Faso. Dans le chaos, le témoignage glaçant d'une rescapée a marqué les esprits ce week-end. "J’étais au Cappuccino. On était allé dire juste au revoir à des amis. Quinze minutes après notre arrivée des gens sont entrés et ont commencé à tirer. Ils ont tiré puis après ils ont mis le feu, racontait-elle le visage marqué. Tout a pris feu et c’est sous les flammes qu’on a réussi à casser quelques vitres pour se sauver. En rampant on a pu s’échapper vers des voitures. C’est quand la Gendarmerie est arrivée qu’on a pu être vraiment sauvé."

Parmi les victimes, deux Français et un Portugais marié à une Française. Les trois hommes travaillaient pour la même société de transport et devaient revenir sur le territoire dimanche 17 janvier. Cécile Cazier, épouse de l'un d'eux, a accordé un témoignage émouvant sur les antennes de BFM TV. "Je l’ai eu vendredi à 17h42 précisément. Il m’a appelée rapidement car il ne voulait pas abuser de la ligne téléphonique de son employeur. Il m’a dit qu’il allait bien, qu’il allait se doucher et manger. Et puis j’ai su hier (samedi) par l’ambassade du Burkina Faso qu’il était décédé, lui et ses deux collègues. On a attendu toute la journée, c’est la femme de l’un des collègues qui m’a appelée. J’étais sur la route… Je ne pensais pas que ça m’arriverait. Des villes, il y en a partout et il faut que ça tombe sur cette ville-là. En plus mon mari ne voulait pas partir, c’était un déplacement professionnel et il ne le sentait pas. Mais quand il s’engageait il n’avait qu’une parole et il la respectait et voilà où il en est aujourd’hui. Il avait 41 ans…"

"J'ai entendu des tirs"

Lui aussi Français, Jean-Michel Rollot était en mission pour l'Union Européenne au Burkina Faso. Il est le seul rescapé français de l'attaque et est revenu sur les lieux, accompagné par une amie et les caméras de BFM TV. "Juste avant de descendre dîner au Capuccino, j'ai entendu des tirs et en même temps le signal d'alarme incendie résonner", se rappelle-t-il. Barricadé dans sa chambre pendant huit heures, il a pu communiquer avec ses proches grâce à Internet avant d'être exfiltré par l'armée française et de tout laisser dans sa chambre, qu'il redoute de retrouver : "Même si ma chambre n'a pas été touchée, la revoir dans l'état où je l'ai laissée, ça va être difficile mais il le faut."

Réagissez à l'actu people