TV

Attentat de Nice : un an après, le témoignage bouleversant d’un témoin en larmes (Vidéo)

Attentat de Nice : un an après, le témoignage bouleversant d’un témoin en larmes (Vidéo)

Un an après l’attentat de Nice qui a fait 84 morts sur la Promenade des Anglais, la chaîne C8 consacrait un reportage entier à une contre-enquête sur les éléments du drame. Parmi les personnes interrogés, un homme présent au moment où le camion a foncé sur la foule. Un an après, son émotion est encore très vive.

Le 14 juillet 2016, un terroriste au volant d’un camion a foncé sur la foule réunie en masse sur la Promenade des Anglais, à Nice, pour assister au traditionnel feu d’artifice de la fête nationale. Lancé à vive allure sur l’avenue touristique, le camion a grimpé sur le trottoir pour faucher les passants, avant de poursuivre sa macabre course sur plusieurs centaines de mètres. Au total, l’attaque a fait 84 victimes et plus de trois cents blessés. Parmi eux, des femmes, des hommes, des touristes étrangers et des enfants. L’attaque, perpétrée six mois après les attentats meurtriers de novembre à Paris ont laissé de vives cicatrices dans l’esprit des Français. Un an après, alors que la France s’apprête à rendre hommage aux victimes, la chaîne C8 a consacré un reportage exclusif à une contre-enquête sur l’affaire. En effet, peu après le drame, de possibles failles dans la sécurité avaient été rapportées dans la presse.

Un an après, l’émotion encore vive des témoins

Sur C8 mercredi soir, les journalistes de la chaîne ont dévoilé leur enquête exclusive sur les circonstances de l’attentat de Nice. Pendant un an, les équipes de la chaîne ont enquêté sur les services de sécurité présents le soir du drame et la surveillance de la ville avant l’attaque. Les journalistes ont pour cela interrogé de très nombreux témoins de l’attentat. Pour eux, l’émotion est encore très vive. C’est le cas de René Fournier. Ce Niçois a hébergé de nombreux passants apeurés le soir du drame. Présent sur la "Prom", il parle avec encore beaucoup de difficultés de ce qu’il a vu. "Il y avait des corps qui fendaient dans la foule et qui étaient projetés au-dessus du camion. Et à ce moment je voyais tous ces gens-là innocents qui arrivaient, et il a pris tout ça, tout ça… et je ne pouvais rien faire…’" s’est-il souvenu, la voix entrecoupée de sanglots.

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people