TV

Attaque dans le 18e : L'identité de l'individu enfin dévoilée ? (Vidéo)

Attaque dans le 18e : L'identité de l'individu enfin dévoilée ? (Vidéo)

Alors que la France rendait hommages aux victimes des attentats de Charlie Hebdo, ce jeudi 7 janvier, un homme a tenté de pénétrer dans le commissariat du 18e arrondissement. Brandissant une feuille de boucher en criant Allah Akbar, l'homme a été abattu par les forces de police. Après de longues heures de recherche, l'identité de cet homme a été révélée.

L'horreur aurait très bien pu reprendre ce jeudi 7 janvier. En effet, alors que la France rendait hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher, un homme a été abattu dans le 18e arrondissement de Paris. Peu avant midi, un homme tente de pénétrer dans l'enceinte du commissariat de Barbès. Muni d'un hachoir type feuille de boucher, l'homme crie Allah Akbar et menace de son arme, les deux policiers postés devant l'établissement.

Ali Sallah ou Tarek Belkacem ?

Menacés, les agents des forces de l'ordre ouvrent le feu sur cet individu qui portait sur lui une fausse ceinture explosive. Sur cet homme, un téléphone portable et une lettre seront retrouvés. Dans le portable, des textos en arabe et en allemand et dans cette lettre rédigée à la main en arabe, où figure le drapeau de Daesh, l'homme prête allégeance à Abou Bakr Al-Baghdadi, le chef de l’État Islamique.

Après avoir relevé les empreintes de cet individu, une identité est ressortie, celle d'Ali Sallah. Interpellé pour un vol en réunion dans le sud de la France en 2013, l'homme né au Maroc se disait à l'époque, sans domicile fixe et sans papier. Mais le doute plane encore sur la véritable identité de ce mystérieux assaillant. En effet, la lettre retrouvée dans sa veste était quant à elle signée Tarek Belkacem. Si la police ne sait pas encore quelle est le nom exact de l'homme qui a été abattu devant le commissariat de Barbès, une fois est sûre cependant, ni Ali Sallah, ni Tarek Belkacem n'avait été fiché pour radicalisation.

Par Nataly Salmeron

Réagissez à l'actu people