TV

Affaire Sarah Abitbol : Didier Gailhaguet annonce sa démission (vidéo)

Affaire Sarah Abitbol : Didier Gailhaguet annonce sa démission (vidéo)

C’est l’affaire qui secoue le monde du sport français actuellement. Plusieurs sportives, notamment des patineuses, ont brisé le silence sur les agressions sexuelles dont elles ont été victimes dans leur carrière. Didier Gailhaguet, président de la Fédération Française des Sports de Glace, est accusé d’avoir protégé les entraîneurs. Ce samedi 8 février, il a annoncé sa décision.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Sarah Abitbol. Cette ancienne patineuse vient de publier un livre dans lequel elle accuse son entraîneur de viol lorsqu’elle était mineure. Elle écrit également avoir prévenu les instances et mis en garde contre cet homme, en vain. Cette prise de parole courageuse a alors permis à d’autres sportives de sortir du silence. De nombreux entraîneurs de patinage artistique sont mis en cause et Didier Gailhaguet, à la tête de la Fédération Française des Sports de Glace depuis de longues années est accusé de les protéger. Ce scandale sexuel est sans précédent dans le monde du sport français. La Ministre des Sports, Roxana Maracineanu s’est entretenue avec Didier Gailhaguet et lui a demandé de démissionner. Lors d’une conférence de presse – commentée par Nelson Monfort dans "C à Vous" -, il disait conserver son poste et ne pas être au courant des agissements des entraîneurs. Mais ce 8 février, il est venu annoncer sa démission.

Une décision prise "avec dignité mais sans amertume"

Après plus d’une semaine de scandale, la décision tombe. Didier Gailhaguet quitte ses fonctions de président. Après un conseil fédéral extraordinaire ce samedi 8 févier, Didier Gailhaguet annonce sa démission par sa décision. "Dans le souci de pur apaisement, j’ai pris avec philosophie, avec dignité mais sans amertume aucune devant son injustice, la tête haute, la sage décision de démissionner de mon poste de Président de la Fédération". Puis il dénonce les pressions subies : "Devant la dictature ministérielle et notamment la menace un peu honteuse d’un retrait de l’agrément, pas un seul instant il ne m’est venu à l’idée de pouvoir être un frein à ma fédération que j’ai reconstruite patiemment depuis près de 15 ans". Reste à savoir qui lui succèdera à la tête de la FFSG.

Par Valentine V.

Réagissez à l'actu people