TV

Affaire Quesada : le procureur répond aux questions des chroniqueurs de "TPMP" (vidéo)

Affaire Quesada : le procureur répond aux questions des chroniqueurs de "TPMP" (vidéo)

Mercredi 2 avril dans "Touche pas à mon poste", le procureur de la République en charge de l'affaire Christian Quesada a répondu aux questions des chroniqueurs, dévoilant notamment le contenu des ordinateurs de l'ancien candidat. Une séquence à retrouver en vidéo sur Non Stop Zapping.

"Touche pas à mon poste" apporte chaque soir depuis plusieurs jours des exclus sur l'affaire Christian Quesada. Lundi soir, c'est Benjamin Castaldi qui révélait le contenu du casier judiciaire de l'ancien champion des "12 coups de midi", mis en examen pour "corruption de mineur" et "détention et diffusion d'images pédopornographiques". Mardi soir, c'est carrément le procureur de la République en charge de l'affaire judiciaire qui a répondu aux questions des chroniqueurs de Cyril Hanouna, qui ont pu revenir sur de nombreuses interrogations du public par rapport à cette affaire.

"Des viols d'enfants de moins de 10 ans, qui sont photographiés et diffusés"

Valérie Benaïm a notamment voulu savoir ce que les forces de l'ordre avaient trouvé dans les différents ordinateurs de Christian Quesada : "Plusieurs milliers d'images, pas toutes de la même gravité, il y a des images, ce sont des viols d'enfants de moins de 10 ans, qui sont photographiés et diffusés à des personnes qui se complaisent devant ce type d'image" a détaillé Christophe Rode, procureur de la République. Puis Jean-Michel Maire a souhaité savoir si Christian Quesada était passé à l'acte : "Pour l'instant il n'est pas mis en examen pour des faits d'agression ou de viol" a confirmé le procureur, n'excluant pas de telles accusations après avoir fouillé toutes les preuves. Enfin, Gilles Verdez a souhaité savoir si Christian Quesada fait partie d'un réseau pédophile : "A partir du moment où il y a un échange de ces images qui sont interdites par la loi, les personnes avec qui il échange, on peut considérer que c'est un réseau, après, est-ce que c'est un réseau organisé, structuré, ou est-ce que c'est, au hasard des connexions qu'on a des échanges de ces fichiers, ce sont les investigations ultérieures qui le détermineront" a expliqué le procureur.

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people