TV

Affaire conclue : Les antiquaires dézinguent un objet qu'ils trouvent "moche" (vidéo)

Affaire conclue : Les antiquaires dézinguent un objet qu'ils trouvent "moche" (vidéo)

Ce vendredi 16 août dans "Affaire conclue" diffusée sur France 2, les antiquaires et collectionneurs d'art ont dézingué l'objet d'un vendeur, allant même jusqu'à déclarer qu'il est "moche". Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Les antiquaires de l'émission "Affaire conclue" ne sont clairement pas là pour brosser les vendeurs dans le sens du poil. Ce vendredi 16 août dans un nouvel épisode diffusé sur France 2, Julien Clerc a en effet dit tout ce qu'il pensait d'un objet qui lui était proposé à la vente. Le moins que l'on puisse dire est qu'il n'a pas pris de pincettes. Alors que Thierry se présente aux stars de l'émission et leur dévoile un médaillon dont il souhaite se séparer, les potentiels acquéreurs commencent à tiquer. Devant le portrait en bronze réalisé par le sculpteur David d'Angers en 1830, seul Pierre-Jean Chalençon semble alors intéressé. "Ah ben c'est sympa", lance celui qui estime qu'il s'agit là d'un "joli petit médaillon". Pourtant, les autres collectionneurs d'objets d'art rassemblés autour de la table n'ont pas tous été du même avis que lui.

"C'est un petit peu difficile"

Julien Cohen notamment a eu bien du mal à cacher son point de vue totalement contraire. "Moi ça me laisse de marbre hein, ou enfin de bronze et puis il est moche quoi !", affirme l'homme d'affaires aux lunettes bleues, avant d'en rajouter une couche. "Physiquement il est moche hein", poursuit-il avec franchise. De son côté, Pierre-Jean Chalençon a débuté les enchères à 30 euros pour ensuite augmenter son offre de 20 euros supplémentaires. Anne-Catherine Verwaerde pour sa part n'a pas semblé plus inspirée que ça par l'objet proposé. "Esthétiquement parlant, c'est un petit peu difficile", lance-t-elle tandis que Julien Cohen déclare que le socle en bois foncé n'est pas le seul élément de "moche" de l'objet. C'est au final et contre toute attente Anne-Catherine Verwaerde qui parvient à faire une affaire conclue avec le vendeur, en achetant l'objet pour la somme de 60 euros, au lieu des 80 euros estimés lors de l'expertise.

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people