TV

Aéroport d'Orly : un homme abattu après avoir volé l'arme d'un militaire (vidéo)

Aéroport d'Orly : un homme abattu après avoir volé l'arme d'un militaire (vidéo)

Ce samedi 18 mars aux alentours de 8h30, un homme s'est emparé de l'arme d'un militaire. Ce dernier a par la suite été abattu. Une opération est en cours. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Cette matinée de samedi 18 mars commence avec deux attaques en région parisienne. D'abord, à Stains (en Seine-Saint-Denis), un homme a blessé un policier lors d'un contrôle de police. Plus tard, autour de 8h30, un homme s'est emparé de l'arme d'un militaire qui était en faction pour l'opération Sentinelle à l'aéroport d'Orly. Ce dernier s'est par la suite réfugié dans un commerce un peu plus loin. Les militaires ont été très réactifs et l'ont vite retrouvé avant de l'abattre. L'aéroport d'Orly-Sud a par la suite été évacué pour garantir la sécurité sur place. En effet, à l'heure actuelle, les démineurs sont sur place pour s'assurer que l'homme n'a pas d'explosifs sur lui. Le raid est en cours d'intervention, comme le montre la vidéo ci-dessus extraite de la BBC. Les politiciens n'ont pas été longs à se manifester : Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur, s'est rendu directement sur place. 

Aéroport d'Orly : pourquoi avoir volé cette arme ? 

La police est actuellement en train de chercher s'il y a un lien entre cette attaque et la première ayant eu lieu à Stains. La police a tweeté pour prévenir les civils : "Intervention du RAID en cours. Démineurs sur place. Respectez le périmètre de sécurité, suivez les consignes." Un témoin sur place raconte à France info : "On a vu des gens courir dans le couloir, on nous a demandé de quitter les lieux".  L'aéroport d'Orly a été évacué, et le trafic aérien complètement interrompu jusqu'à nouvel ordre. Selon d'autres sources de civils, un deuxième homme aurait été arrêté. Ce dernier n'a pas été abattu, et serait en cours d'interrogatoire. Un projet d'attentat viendrait-il d'être déjoué ? Pour le moment, aucune piste n'est encore privilégiée. 

Par M. H

Réagissez à l'actu people