TV

7 à 8 : Un militaire raconte le traumatisme qu’il a vécu en revenant d’Afghanistan (vidéo)

   / 5  
7 à 8 : Un militaire raconte le traumatisme qu’il a vécu en revenant d’Afghanistan
1
7 à 8 : Un militaire raconte le traumatisme qu’il a vécu en revenant d’Afghanistan
Les débuts de Catherine Ceylac
2
Les débuts de Catherine Ceylac
Nabilla et Thomas Vergara se racontent
3
Nabilla et Thomas Vergara se racontent
Roselyne Bachelot pousse la chansonnette
4
Roselyne Bachelot pousse la chansonnette
Une candidate sans-gêne
5
Une candidate sans-gêne

ZAPPING - Dimanche, dans Sept à 8, Thierry Demaizière consacrait son interview de la semaine à Alexis, un militaire qui raconte avoir été victime du syndrome post-traumatique après avoir combattu en Afghanistan. Non Stop Zapping vous dévoile l’émouvante séquence !

Dans Un diner presque parfait, Tressia, personnage emblématique des Ch’tis, tentait de faire découvrir des expressions du Nord à ses invités quand l’une d’entre eux s’est montrée très désagréable. En effet, cette dernière n’hésite pas à dire que son voisin de table a "un balai dans le c***". Samedi, sur Canal +, Roselyne Bachelot était invitée sur le plateau de Salut les Terriens et l’ancienne ministre a fait le show. Thierry Ardisson lui demande de chanter un petit air d’Opéra et cette dernière s’exécute avec plaisir ! Les caméras de 50mn Inside sont allées à la rencontre de Nabilla et de Thomas Vergara, une semaine environ après la condamnation de la jeune bimbo de télé-réalité. Dans ce sujet, les deux amoureux expliquent comment ils ont fait pour se voir en cachette, alors qu’ils en avaient l’interdiction. Dans C à Vous, Anne-Elisabeth Lemoine a fait plaisir à Catherine Ceylac en lui montrant des images de ses débuts, en 1979, dans l’émission Récré A2.

"C’est dur d’avouer qu’on a peur"

Dimanche, dans Sept à huit, Thierry Demaizière consacrait son interview de la semaine à Alexis, un militaire qui a été victime d’un syndrome post-traumatique après avoir combattu en Afghanistan. Le jeune homme de 32 ans explique d’abord avoir été complètement changé par cette guerre. "Je ne m’imaginais pas, à 32 ans, me retrouver à dormir avec la lumière allumée et à ne pas pouvoir vivre seul, à être obligé d’être avec quelqu’un. Je ne peux pas dormir seul" explique Alexis, âgé de 25 ans à l’époque de la guerre. Lors de l’entretien, il raconte également comment les horreurs de la guerre l’ont rendu violent : "Je n’avais qu’une envie : que ça pète. J’avais envie d’aller au combat, d’aller me battre. Par colère, par vengeance… A ce moment-là, je ne pensais plus vraiment à ce qui était bien et ce qui était mal". Alexis finit par avouer ressentir un sentiment de honte : "C’est dur d’avouer qu’on a peur".

Réagissez à l'actu people