Sport

Rugby : Une violente bagarre générale éclate lors d'une finale (Vidéo)

Rugby : Une violente bagarre générale éclate lors d'une finale (Vidéo)

Une bagarre impressionnante a éclaté ce dimanche 23 juin lors de la finale du Championnat de France de rugby excellence B à Saint-Girons. Alors que les Catalans d'Elne et les Basques de Mouguerre s'affrontaient, les joueurs ont décidé de se battre au point qu'un joueur a été hospitalisé. Des images à découvrir sur Non Stop Zapping.

C'est une finale de rugby qui a été pour le moins mouvementée. Lors de la finale du Championnat de France de rugby excellence B à Saint-Girons, une bagarre générale s'est déclenchée entre l'équipe d'Elne et les Basques de Mouguerre. Alors que le match avait lieu, les joueurs, mais aussi des remplaçants et des supporters en sont venus aux mains. Suite à cette bagarre, un joueur basque est resté inconscient au sol, et a été emmené aux urgences. Face à cette violence, le représentant de la Fédération française a pris la décision de ne pas faire la remise officielle du bouclier sur la pelouse, mais dans les vestiaires de Mouguerre.

"on a cru que c’était juste une bagarre entre joueurs"

Face à cette bagarre, Rémi Gomes, membre bénévole du club de Saint-Girons qui assurait la sécurité du match, s'est confié à 20 Minutes : "Au départ, on a cru que c’était juste une bagarre entre joueurs comme il y en a souvent. Et puis, on a vu deux remplaçants qui voulaient y aller. On est intervenus pour qu’ils n’y aillent pas. On a aussi vu des supporters qui essayaient de rentrer sur le terrain donc on est allés les bloquer aussi. Et puis on a vu que ça partait en bas des tribunes. Il y avait entre 20 et 30 supporters de chaque côté qui se battaient. Quand les joueurs ont vu que ça se battait dans le public, ils ont arrêté et ils ont commencé à vouloir séparer des gens qu’ils connaissaient dans la tribune, je pense. Et après, pendant un long moment, ça a été bagarre entre supporters, et on essayait de faire reculer les deux groupes puis de les séparer vraiment".

Par Alexia Felix

Réagissez à l'actu people