Sport

Monte-Carlo : Stanislas Wawrinka fracasse sa raquette face à Rafael Nadal (vidéo)

   / 5  
Stanislas Wawrinka
1
Stanislas Wawrinka
Stanislas Wawrinka
2
Stanislas Wawrinka
Stanislas Wawrinka
3
Stanislas Wawrinka
Stanislas Wawrinka
4
Stanislas Wawrinka
La raquette de Stanislas Wawrinka
5
La raquette de Stanislas Wawrinka

Stanislas Wawrinka rencontrait en début d’après-midi Rafael Nadal en quart de finale du Masters 1000 de Monte-Carlo. Très largement dominé, le tennisman suisse a fini par s’incliner (6-1, 6-4) en 1h17 de jeu seulement. Et comme souvent, c’est sa raquette qui a payé pour toutes ses fautes directes. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Balayé jeudi par Stanislas Wawrinka (6-1, 6-2) en huitième de finales du Masters 1000 de Monte-Carlo, Gilles Simon avait prévenu Rafael Nadal, le futur adversaire du Suisse en quarts de finale : "Nadal peut s'inquiéter. Il rate peu, il frappe très fort. Du fond du court, c'est l'un des rares joueurs qui peuvent me dominer de façon aussi constante. Quand il joue aussi bien, c'est compliqué pour tout le monde" avait expliqué le Français en conférence de presse.

La raquette de Stanislas Wawrinka paye pour ses nombreuses erreurs

Sauf que ce vendredi, la leçon, c’est Rafael Nadal qui l’a donnée. Redescendu à la cinquième place mondiale, l’Espagnol a rappelé à tous ses détracteurs qu’il n’avait pas gagné Roland-Garros à neuf reprises par hasard. Face à un adversaire pourtant tenant du titre Porte d’Auteuil, "Rafa" n’a pas fait dans la dentelle et a expédié les affaires courantes en 1h17 de jeu seulement. Résultat, un sec (6-1, 6-4) et une qualification pour les demi-finales où il retrouvera Andy Murray. Beaucoup moins inspiré que la veille face à Gilles Simon, Stanislas Wawrinka aura lui commis beaucoup trop de fautes directes. Et visiblement selon lui, c’était la faute de sa raquette. Après un nouvel échange perdu il l’a en effet balancée par terre avant de la couper en deux. Sous les sifflets du public, évidemment…

Par Benjamin S.

Réagissez à l'actu people