Sport

Cyclisme : Fabio Jakobsen, victime d'une terrible chute, placé en coma artificiel (Vidéo)

Cyclisme : Fabio Jakobsen, victime d'une terrible chute, placé en coma artificiel (Vidéo)

Le coureur cycliste de la Quick-Step a fait une lourde chute lors du sprint finale de la première étape du Tour de Pologne. Il est entre la vie et la mort. Une séquence à revoir sur Non Stop Zapping.

Malgré le coronavirus, la saison de cyclisme bat son plein avant le Tour de France qui doit se dérouler en septembre. Les équipes sont actuellement engagées sur le Tour de Pologne. Mais la course a bien mal commencé. Mercredi 5 août à la toute fin de la première étape qui arrivait à Katowice, le champion des Pays-Bas Fabio Jakobsen, coureur de l'équipe Deceuninck-Quick Step, a fait une très lourde chute.

Pronostic vital engagé

C'est dans le sprint final que s'est produit l'accident. Le coureur était alors en tête de peloton mais il s'est déporté sur la droite de la route sous la pression de Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma). Gêné, Fabio Jakobsen a alors violemment heurté les barrières de sécurité et un officiel. Lancés à toute vitesse, le coureur a chuté sous les yeux horrifiés des spectateurs et des commentateurs sportifs, entraînant avec lui plusieurs autres coureurs. Son pronostic vital engagé, le coureur a immédiatement été transporté à l'hôpital où son état s'est stabilité en soirée. Il souffre de multiples blessures à la tête et à la poitrine. Face à la gravité des blessures, il a dû être placé en coma artificiel. D'après la RTBF, le coureur a été opéré durant cinq heures dans la nuit de mercredi à jeudi à l'hôpital Sainte-Barbe de Sosnowiec en Pologne. Selon les médecins, il ne souffrirait pas de lésion cérébrale. L'officiel qui a été percuté a dû être lui aussi hospitalisé. Touché à la tête, il est dans un état stable.

L'équipe Jumbo-Visma dont le coureur a bloqué Fabio Jakobsen s'est excusée sur Twitter. Dylan Groenewegen a été disqualifié de la course. L'UCI envisage des sanctions disciplinaires à son encontre.

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people