Sport

Amaury Leveaux interrogé pour la lutte antidopage : "Faites vos enquêtes, ne me prenez pas la tête"

Amaury Leveaux interrogé pour la lutte antidopage : "Faites vos enquêtes, ne me prenez pas la tête"

Amaury Leveaux a décidé de dévoiler les coulisses de la natation française dans son livre Sexe, Drogue et Natation. Mais, contrairement à ce que beaucoup souhaiteraient, il se refuse à donner les noms de ses anciens collègues qui auraient consommé de la drogue ou se seraient dopé. Le retraité des bassins a expliqué ce lundi 3 août au micro de RMC qu'il avait refusé d'aider la lutte anti-dopage.

En avril dernier, Amaury Leveaux créait un mini-séisme dans le monde finalement méconnu de la natation française en publiant son autobiographie Sexe, Drogue et Natation. Dans l'ouvrage, il raconte son enfance, sa relation très fusionnelle avec sa mère, sa carrière, mais aussi la consommation de drogue (de cocaïne notamment) et le problème de dopage dans le milieu de la natation. C'est cette partie qui a particulièrement intéressé les médias. Si l'ancien nageur regrette que ces quelques pages soient autant mises en avant alors qu'elles ne sont pas représentatives du livre, il reconnaît tout de même que son "titre est racoleur".

"Faites vos enquêtes, ne me prenez pas la tête"

Ce lundi 3 août, Amaury Leveaux était sur RMC pour parler des Mondiaux de natation qui se déroulent actuellement en Russie. Après avoir commenté les premiers classements, il a bien entendu été interrogé sur son livre. Ainsi, le champion retraité des bassins depuis 2013 a expliqué qu'après la sortie de l'ouvrage, il avait été contacté pour communiquer les noms des nageurs qui ont eu recours au dopage. Des informations que le jeune homme aurait fermement refusé de donner : "Après le livre, la lutte anti-dopage m’appelle pour savoir. Lisez le livre, ne me cassez pas la tête. Je ne suis pas là pour dire lui, lui, lui. Ils voulaient aller plus loin que ce qu'il y avait dans le livre. Et je leur ai dit : ‘Mais faites vos enquêtes, ne me prenez pas la tête’. Moi, je n’ai pas fait le livre pour dire : ‘Lui, il faut le sanctionner’. Vous avez dix ans de retard, vous avez dix ans de retard".

L'ancien athlète a également expliqué une fois de plus que les sportifs connaissent quelques techniques pour éviter de se faire contrôler positifs à certaines substances, il raconte "La moitié des sportifs de la planète est au courant que quand il y a un contrôle inopiné, il y en a pleins de substances qui passent carrément au travers. La cocaïne n’est pas dedans en période d’entraînement, la marijuana, ce n’est pas toujours qu’ils le font… Il y a pleins de substances qui ne sont pas mises dedans. Les tests anti-dopage, les contrôles, sont trop chers. Un contrôle complet, qu’on voit sur les Jeux Olympiques, ça coûte entre 18 000 et 25 000 euros. Alors que le contrôle en saison, ils ont 8000 euros de budget maximum. Sachant que des athlètes en France et dans le monde, il y en a des milliers"

S'ils sont nombreux à passer entre les mailles du filet, Amaury Leveaux estime que ceux qui ont recours au dopage devraient être durement sanctionnés : "Je pense que voilà, t’es dopé, c’est sanction définitive. Je pense que j’ai été battu deux, trois fois par des personnes dopées. Maintenant, on verra bien, l’avenir nous le dira. Ça ne sert à rien de le dire, c’est pas vu pas pris."

Réagissez à l'actu people