Politique

Zap politique : Une majorité à l’Assemblée pour Emmanuel Macron ? L’opposition tire la sonnette d’alarme (Vidéo)

Zap politique : Une majorité à l’Assemblée pour Emmanuel Macron ? L’opposition tire la sonnette d’alarme (Vidéo)

À trois jours du premier tour de l’élection présidentielle, et alors que les candidats En Marche sont donnés favoris, l’opposition s’inquiète d’une trop grande majorité présidentielle à l’Assemblée nationale. Dans les matinales politiques ce matin, ils tirent la sonnette d’alarme.

Le premier tour des élections législatives se joue ce dimanche. Alors qu’on annonçait, peu après sa victoire, qu’Emmanuel Macron peinerait à réunir une majorité présidentielle pour appuyer ses réformes, il semblerait que le vent soit en train de tourner. Dans tous les sondages d’opinion réalisés ces derniers jours, les candidats de la République en marche sont donnés grands favoris. Les Français de l’étranger, qui ont déjà voté, ont également placé nettement en tête les candidats d’Emmanuel Macron. Les résultats sont toutefois à prendre avec mesure puisque le taux d’abstention a frôlé les 80%. De retour en métropole, la classe politique s’inquiète qu’Emmanuel Macron n’obtienne une trop grande majorité, qui pourrait de fait étouffer l’opposition démocratique. "Nous aurons une Assemblée nationale qui votera au canon (…) il n’y aura pas d’opposition et à partir du moment où il n’y a pas d’opposition à l’Assemblée nationale, elle se fera dans les médias ou dans la rue", prévient Jean-Christophe Cambadélis sur RTL.

Quelle place pour l’opposition face à une écrasante majorité présidentielle ?

Qu’en sera-t-il des partis traditionnels s’ils se retrouvent mis au ban par les candidats de la République en Marche ? Benoît Hamon, député des Yvelines et ancien candidat du parti socialiste à l’élection présidentielle est lucide. "On redoute un échec lourd qui nous est annoncé dans les sondages", reconnait-il sur LCI. Les partis, de droite et de gauche, devront donc espérer peser dans l’opposition. Pour y parvenir, Xavier Bertrand plaide pour une action constructive. "Il faut qu’il y ait une opposition qui soit présente (…) pas une opposition à l’ancienne, c’est fini le côté l’opposition revancharde qui veut tout bloquer, les gens n’en veulent plus", fait-il valoir sur Europe 1. Pour Pierre Laurent, secrétaire général du Parti communiste français, il est encore temps de faire bouger les lignes d’un match annoncé gagnant pour Emmanuel Macron et son camp. "C’est l’enjeu des législatives, il ne faut pas laisser au président Macron une majorité absolue pour avoir les mains libres pour faire tout et n’importe quoi".

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people