Politique

Zap politique : Marine Le Pen s’insurge contre la GPA (Vidéo)

Zap politique : Marine Le Pen s’insurge contre la GPA (Vidéo)

La Cour de Cassation a rendu son verdict : désormais, le deuxième parent, non biologique, d’un enfant né d’une mère porteuse sera désormais reconnu par la justice française. Une décision qui inquiète les opposants à la gestation pour autrui, à commencer par Marine Le Pen.

La Cour de Cassation a tranché : il est désormais possible de reconnaître comme parent légitime le parent non biologique d’un enfant né d’une mère porteuse. Ainsi, dans le cadre d’un couple hétérosexuel, l’épouse du père biologique sera reconnue comme parent légitime. Dans un couple homosexuel, c’est celui qui n’aura pas donné son sperme pour concevoir l’enfant qui est concerné. Cette décision met fin à plusieurs années de flou juridique. La gestation pour autrui étant strictement interdite en France, de nombreux couples ont choisi de concevoir leur enfant à l’étranger. À leur retour en France, les deux partenaires ne pouvaient pas être reconnus comme les parents légitimes. Les opposants à la GPA s’insurgent de cette décision de justice et craignent qu’elle n’ouvre la porte à la légalisation de la gestation pour autrui.

"Une dérive affreuse de notre société"

C’est notamment le cas de Marine Le Pen. La députée frontiste n’a jamais caché sa profonde opposition à la gestation pour autrui. Interrogée sur Europe 1 ce jeudi, elle voit dans la décision de la Cour de Cassation "une incitation à contourner la loi, à avoir recours à la marchandisation des corps". "Si l’évolution de notre société consiste à autoriser l’achat d’enfant et une forme de mise en esclavage de la mère porteuse (…) qui sont souvent dans des situations économiques très difficiles et qui sont obligés de passer par cette marchandisation pour survivre, je trouve que c’est une dérive affreuse de notre société", a-t-elle dénoncé.

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people