Politique

Zap politique - Emmanuel Macron : la droite le met en garde, la victoire n’est pas assurée (Vidéo)

Zap politique - Emmanuel Macron : la droite le met en garde, la victoire n’est pas assurée (Vidéo)

Invitée sur le 20h de France 2 lundi soir, Marine Le Pen a annoncé qu’elle se mettait en retrait de la présidence du Front national pour la fin de la campagne. Ce matin, son père, Jean-Marie Le Pen, a pourtant opéré un cinglant retour sur les méthodes de sa fille. Non Stop Zapping vous montre les images.

En annonçant son retrait de la présidence du Front national, Marine Le Pen a-t-elle contrarié Jean-Marie Le Pen ? Invité sur France inter ce mardi matin, le président d’honneur du parti frontiste est revenu sur la campagne électorale de sa fille, qu’il a jugé trop "cool". "À sa place, j’aurais fait une campagne à la Trump, c’est-à-dire une campagne très largement ouverte, très agressive envers ceux qui sont responsables de la décadence de la France, qu’ils soient de droite ou de gauche", a-t-il déclaré.

Du côté d’Emmanuel Macron, l’annonce des soutiens continue. Ce matin sur BFM TV, Bruno Le Maire, qui s’était publiquement désolidarisé de François Fillon après les révélations sur ses affaires judiciaires, a annoncé qu’il voterait pour l’ancien ministre de l’Économie. Éric Woerth, ancien soutien de Nicolas Sarkozy, invité sur France 2 a quant à lui appeler les membres de son parti à rester soudés et à ne pas trahir leurs convictions dans l’espoir de décrocher une circonscription aux prochaines élections législatives. Car c’est désormais la question qui se pose : si Emmanuel Macron parvient à battre Marine Le Pen au second tour, ce qui n’est "pas encore acquis" rappelle Michel Sapin sur CNews, avec quelle majorité peut-il gouverner ?

Emmanuel Macron vers une cohabitation ?

Le candidat d’En marche ! présentera 577 candidats aux législatives du mois de juin mais ses membres, pour la plupart peu expérimentés, ont peu de chance de rafler partout les circonscriptions de députés déjà installés depuis plusieurs années. Dans les matinales politiques ce matin se pose donc la question d’une future cohabitation. Pour Alain Minc, économiste et soutien d’Emmanuel Macron, il est préférable de parler de "cogestion" dans la mesure où la droite et la gauche auront appelés à voter pour Emmanuel Macron. L’économiste est par ailleurs convaincu que "Les Républicains peuvent être le groupe principal" à l’Assemblée nationale en juin prochain, à condition que ses membres s’entendent. Pour Gérard Larcher, soutien jusqu’au bout de François Fillon, la cohabitation est également le scénario le plus probable. Un scénario qui n’effraie pas celui qui était déjà parlementaire lors de la cohabitation entre Jacques Chirac et Lionel Jospin de 1997 à 2002. Gérard Larcher juge au contraire que c’est sous la cohabitation que "nous avons vu les plus grandes transformations".

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people