Politique

Zap politique : Donald Trump sort de l’Accord de Paris, la classe politique s’indigne (Vidéo)

Zap politique : Donald Trump sort de l’Accord de Paris, la classe politique s’indigne (Vidéo)

Le président américain a annoncé jeudi soir que les États-Unis sortaient de l’Accord de Paris sur le climat. La décision du second plus gros pollueur de la planète fait grincer des dents à travers le monde. En France, la classe politique s’indigne.

Donald Trump l’a annoncé lors d’une conférence de presse dans les jardins de la Maison Blanche, les États-Unis sortent de l’Accord de Paris sur le climat. Ce vaste accord ambitieux sur l’écologie mondiale et la protection de l’environnement avait été ratifié par Barack Obama en novembre 2015, à l’occasion de la COP 21. À ce jour, il compte 194 signataires. Le Nicaragua a refusé de le suivre parce qu’il n’est pas ‘’assez ambitieux’’, la Syrie parce qu’elle est en guerre. À ces deux nations s’ajoutent désormais les États-Unis, pourtant deuxième pollueur du monde. Après l’annonce de son retrait de l’Accord de Paris, Donald Trump a reçu de très vives critiques à travers le monde, notamment depuis l’Europe avec une déclaration jointe de Paris et Berlin condamnant cette sortie. Dans les matinales politiques ce vendredi matin, la décision de Donald Trump indigne largement la classe politique.

"Une attaque faite à l’humanité"

Pour Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, "c’est un message d’une violence inouïe aux familles de ceux et celles qui meurent chaque année de la pollution due à l’utilisation des énergies fossiles (…) C’est une forme d’injure à l’avenir", dénonce-t-il. Pour Laurent Fabius, qui a porté l’Accord au long de la Cop 21, la sortie des États-Unis est "une faute historique majeure contre la planète, contre l’humanité". Il y voit également dans les arguments de Donald Trump "un tissu de mensonges" et juge sur France Info que la seule réaction à avoir est "la mobilisation mondiale". Édouard Philippe, interrogé sur RTL, considère quant à lui que la décision de Donald Trump est "calamiteuse", à double titre. "Le président des États-Unis indique au monde qu’il entend essayer de régler les problèmes tout seul", dénonce le Premier ministre. Pour Emmanuel Cosse, invitée sur LCP, la sortie du deuxième pollueur mondiale est "une attaque faite à l’humanité".  Nicolas Bay, invité sur Public Sénat juge enfin qu’on "peut être en désaccord" avec Donald Trump mais a tenu à "souligner que c’était un de ses engagements de campagne".

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people