Politique

Zap politique 6 juin : pour Nicolas Bay, la plupart des dealers sont de confession musulmane (vidéo)

Zap politique 6 juin : pour Nicolas Bay, la plupart des dealers sont de confession musulmane (vidéo)

Le site "Buzzfeed" publie mardi 6 juin une enquête sur les candidats FN aux élections législatives. Une centaine d’entre eux sont épinglés pour des propos qui tombent sous le coup de la loi. Nicolas Bay et David Rachline ont tenté d’éteindre l’incendie ce mardi matin dans les matinales politiques quand loi de moralisation, affaire Ferrand ou encore élections législatives étaient au menu des autres matinales.

Le site "Buzzfeed" épingle ce mardi 6 juin dans une enquête publiée sur leur site une centaine de candidats FN sur les 573 présentés. Ces candidats n’hésitent pas à tenir des propos racistes, antisémites ou homophobes sur leurs pages Twitter et Facebook. Sur France Info ce mardi matin, Nicolas Bay tente de calmer le jeu. "‘Buzzfeed’ n’est pas un juge d’instruction. Nos candidats disent un certain nombre de vérités", déclare-t-il confirmant un constat d’un des élus pointés du doigt. "Je fais un constat très simple : il y a parmi les dealers, un certain nombre de personnes de confession musulmane, c’est une évidence", ajoute-t-il. Même son de cloche pour David Rachline sur France Inter. "Le travail de Buzz Feed n’est pas honnête", estime-t-il.

EMMANUEL MACRON ET LREM CRITIQUÉS

Les autres invités des matinales politiques ont ciblé Emmanuel Macron et sa peut-être future majorité présidentielle. "Je ne crois pas que La République en marche (LREM) soit apte à devenir un grand parti", déclare Henri Guaino. "Le brouillard actuel est une sorte de ‘Macronmania’, l’art de la communication, mais pas l’art du pouvoir", indique de son côté Benoît Hamon sur France 2. Invité de BFMTV, François Bayrou a été questionné une nouvelle fois sur l’affaire Ferrand alors qu’il a présenté le 1er juin la loi sur la moralisation de la vie publique. "Avec la loi de moralisation, Richard Ferrand n’aurait pas pu devenir ministre", estime-t-il. "Cette loi est faite pour mettre des garde-fous", ajoute le garde des Sceaux.

Par Ambre L

Réagissez à l'actu people