Politique

Zap Politique 31 janvier - Noël Mamère : "Le PS est mort" (vidéo)

Zap Politique 31 janvier - Noël Mamère :  "Le PS est mort" (vidéo)

Au lendemain de la victoire de Benoît Hamon à la primaire de la gauche, les différentes personnalités politiques se sont exprimés sur les étapes à venir et c’est un constat bien moribond qu’ils en ont tiré. Revivez les réactions des politiques en vidéo sur Non Stop Zapping.

Benoît Hamon a remporté, ce dimanche 29 janvier la primaire de la gauche, face à un Manuel Valls, bien en deça des pronostics de vote espérés. Les Français ont, en effet choisi Benoît Hamon à 58 %, contre 40 % pour Manuel Valls, marquant ainsi leur volonté d’un retour à une "vraie gauche". Les déclarations des différentes personnalités politiques de ces deniers jours remettent en question cette "vraie" gauche, affichant un constat bien plus négatif que celui dessiné par la victoire d’Hamon. Gérard Larcher, président du Sénat et membre des Républicains parle, sur LCI, "d’une gauche iréelle" incarnée par le vainqueur de la primaire. Il va même plus loin en craignant que celle-ci "va nous conduire au bord du précipice". La critique ne vient, malheureusement, pas que de l’autre camp, les différentes déclarations de responsables de gauche expriment la même inquiétude, le même péssimisme. Jean-marie LeGuen, secrétaire d’État chargé du développement, interrogé sur France Info, évoque lui une illusion, quant à l’unité d’une gauche "ne soyons pas hypocrites, il n’y aura pas d’alliance entre Mélenchon et Hamon, tout le monde le sait". 

"Il va falloir être rassembleur"

Tous s’accordent à dire que Benoît Hamon doit être le "candidat qui doit rassembler". Marisol Tourraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, l’a martelé, ce mardi 31 janvier, au micro de RTL. "Évidemment il faut qu’il marque du soutient au travail qui a été accompli […] Il va falloir qu’il soit plus rassembleur que cela si nous voulons avancer". Tâche ardue aux dires de Noël Mamère, député écologiste de la Gironde, qui, sur le plateau de la chaîne LCP, fait une peinture moribonde du parti socialiste "on sait quelle est la division de la gauche aujourd’hui. Benoît Hamon est à la tête d’un PS qui est complètement Balkanysé avec des gens qui s’apprêtent à partir et qui exercent leur droit de retrait." Avant de donner le couperet final :  "le PS est mort."

Par Camille Esnault

Réagissez à l'actu people