Politique

Zap politique 28 février : Benoît Hamon désavoué, François Hollande taclé par le FN, Nicolas Hulot prudent (vidéo)

Zap politique 28 février : Benoît Hamon désavoué, François Hollande taclé par le FN, Nicolas Hulot prudent (vidéo)

Si Benoît Hamon rencontre des difficultés à convaincre une partie de la gauche, Marine Le Pen voit les affaires judiciaires perturber sa campagne. Les invités politiques des matinales du mardi 28 février sont revenus sur ces sujets quand certains semblaient soulagés de ne plus prendre part à l’élection présidentielle.

La campagne de Benoît  Hamon ne convainc pas une partie de la gauche. Au PS, la ligne politique voulue par le candidat à l’élection présidentielle inquiète de plus en plus. Certains envisagent de rejoindre Emmanuel Macron. Sur RTL ce mardi matin, Jean-Marie Le Guen a été très clair. "Le programme de Benoît Hamon est un programme de rupture avec sa famille politique, d’une gauche radicalisée", déclare le secrétaire d’État chargé du développement et de la Francophonie.

Marine Le Pen connait aussi quelques difficultés dans sa campagne. La présidente du FN est rattrapée par l’affaire des emplois fictifs des assistants parlementaires européens du parti frontiste. Alors qu’elle a refusé de se rendre à une convocation des enquêteurs, fustigeant la justice, François Hollande a pris lundi la défense des magistrats. Ce mardi, les élus frontistes chargent le chef de l’État. "Monsieur Hollande qui vient donner des leçons de respect des fonctionnaires, c’est Disneyland", estime Gilbert Collard sur Europe 1.  "Bernard Cazeneuve et François Hollande ont été les adversaires des fonctionnaires pendant leurs mandats", ajoute David Racheline sur France Inter.

Nicolas Hulot ne regrette pas "de ne pas avoir été candidat"

À l’opposé, Nicolas Hulot semble soulagé de ne pas s’être lancé dans la course à l’Élysée. "Je ne regrette pas de ne pas avoir été candidat. Ma décision est un mélange de prudence, de sagesse et surtout de responsabilité", indique l’écologiste sur LCI. Quant à Brice Hortefeux, l’ancien ministre et soutien de François Fillon fait savoir sur France info qu’en cas de second tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, il "ira à la pêche avec Henri Guaino". La campagne vécue différemment selon les politiques…

Par Ambre L

Réagissez à l'actu people