Politique

Zap politique 24 mai : la polémique Richard Ferrand commentée (vidéo)

Zap politique 24 mai : la polémique Richard Ferrand commentée (vidéo)

Richard Ferrand est-il en plein scandale ? Des révélations du Canard enchainé du mercredi 24 mai dévoilent que le ministre de la Cohésion des territoires a permis à son épouse de réaliser une bonne opération immobilière quand il était directeur général des Mutuelles. Un début de polémique évoqué lors des matinales politiques de ce mercredi.

Selon Le Canard enchaîné, Richard Ferrand a permis à son épouse de réaliser une bonne opération immobilière quand il était directeur général des Mutuelles de Bretagne. En campagne pour les élections législatives mardi soir, le ministre est resté muet. Pourtant dans un communiqué envoyé à France Info dans la nuit de mardi à mercredi, le ministère de la Cohésion des territoires a dénoncé  "l’écho" donné "à des dénonciations calomnieuses qui poursuivent Richard Ferrand depuis de longues années, sans qu’il n’ait rien à se reprocher". 

Mercredi matin, les membres d’En marche ont minimisé l'affaire tout en reconnaissant que cette polémique tombait mal. "Ça crée de la suspicion dans un contexte de suspicion", déclare Christophe Castaner sur Europe 1. "Ca meurtrit Richard Ferrand qui est un homme d’une probité exceptionnelle",  ajoute le porte-parole du gouvernement indique qu’il "’y a rien d’illégal" dans cette affaire. "Dans la période que nous venons de vivre, ça jette un trouble", déclare Benjamin Griveaux soulignant qu’il "y a un corbeau, car c’est sur une lettre de délation que repose le papier".

Une affaire qui tombe mal pour Richard Ferrand

Le sénateur de la Côte- d’Or, François Patriat, prend également la défense de Richard Ferrand sur Public Sénat. "Ça n’est pas illégal. Je connais bien Richard Ferrand, c’est à lui aujourd’hui d’apporter des réponses", déclare-t-il. Sur LCP, Florian Philippot s’étonne que ces affaires "sortent après l’élection d’Emmanuel Macron". "Cela fragilise Richard Ferrand et cela fragilise le gouvernement", ajoute le vice-président du FN.  Si elle n’a rien d’illégal, cette polémique tombe mal alors que la moralisation de la vie publique est un dossier prioritaire du gouvernement.

Par Ambre L

Réagissez à l'actu people