Politique

Zap politique 1er mars : François Fillon reporte sa visite au salon de l’Agriculture, les réactions des politiques (vidéo)

Zap politique 1er mars : François Fillon reporte sa visite au salon de l’Agriculture, les réactions des politiques (vidéo)

François Fillon a créé la surprise ce mercredi 1er mars. Au tout dernier moment, le candidat de la droite et du centre a reporté sa venue au salon de l’Agriculture. Certains invités des matinales politiques l’ont appris en direct et n’ont pas manqué de commenter ce désistement.

Vers 8h ce mercredi 1er mars, François Fillon a fait savoir dans un communiqué de presse qu’il ne se  rendrait pas au salon de l’Agriculture. Les invités politiques, qui étaient invités dans les matinales, ont commenté cette décision. Le camp Les Républicains a joué la carte de la prudence. Sur France Inter, Jérôme Chartier "espère qu’il n’a pas reporté sa venue pour des raisons de sécurité" avant d’ajouter qu’il ne se "livrerait pas à des spéculations". Même son de cloche pour Laurent Wauquiez. "Je n’ai pas d’explication", indique-t-il sur LCI. Pour Henri Guaino, ce désistement peut être lié à la sécurité du candidat, pris à partie à chacun de ses déplacements ou meetings. "François Fillon ne peut plus faire campagne, c’est intenable ", déclare le député LR.

Florian Philippot tacle François Fillon

Les adversaires politiques de François Fillon sont beaucoup plus catégoriques. "Ça ne me surprend pas cette annulation", déclare Alexis Corbière sur Radio Classique. "Les affaires de la droite sont un élément déclencheur de colère,  il y a contestation partout où il va", continue le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. Florian Philippot va plus loin. "Que François Fillon n’aille pas au salon de l’Agriculture, c’est une forme de renoncement symbolique  quasiment à sa candidature", estime le vice-président du FN sur France Info. François Fillon s’est exprimé il y a quelques minutes pour annoncer qu’il était mis en examen, mais qu’il ne renonçait pas à se présenter comme candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle.

Par Ambre L

Réagissez à l'actu people