Politique

Zap politique 19 avril : Emmanuel Macron, cible favorite des candidats (Vidéo)

Zap politique 19 avril : Emmanuel Macron, cible favorite des candidats (Vidéo)

À quatre jours du premier tour de scrutin, les candidats affûtent leurs dernières armes contre leurs concurrents. Si, la semaine passée, Jean-Luc Mélenchon était au centre de toutes les critiques, les prétendants à l’Élysée concentrent désormais leurs efforts contre Emmanuel Macron, donné favori. Non Stop Zapping vous montre les images.

Présidentielle J-4. Dimanche, les électeurs choisiront les deux candidats qui s’affronteront lors du second tour de l’élection présidentielle le 7 mai prochain. Parmi les onze prétendants à l’Élysée, quatre ont de véritables chances de se qualifier pour ce second round : Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon. Le candidat de la France insoumise a surpris ses adversaires ces deux dernières semaines en opérant une impressionnante remontée dans les intentions de vote. Alors qu’il était relégué comme le quatrième homme de cette campagne, loin derrière François Fillon, il a nettement rattrapé son retard et se place désormais au coude-à-coude avec le candidat de la droite. Sa nouvelle popularité lui a d’ailleurs valu un certain nombre d’attaques de la part de ses principaux concurrents.

Emmanuel Macron candidat "du système" et de "la Silicon Valley"

Cette semaine, il semblerait que le vent ait tourné. C’est désormais Emmanuel Macron qui récupère la place de Jean-Luc Mélenchon en étant la cible de toutes les critiques. L’ancien ministre de l’Économie, confortablement installé à la tête des sondages, surplombant même Marine Le Pen dans certains d’entre eux, a eu droit à son lot d’attaques sur les matinales politiques ce mercredi. À commencer par sa principale concurrente, Marine Le Pen. La candidate frontiste, assurée d’être au second tour depuis de longs mois, ne mâche pas ses mots et fait même d’une pierre deux coups en comparant Emmanuel Macron à François Fillon. "Monsieur Macron et Monsieur Fillon, est- ce que vous avez vu une énorme différence ? (…) En réalité, ce n’est qu’une forme de continuité du système, c’est la continuité de la politique menée depuis des années". Même combat du côté des fillonnistes avec Jean-Pierre Raffarin. Sur France Inter ce matin, le sénateur de la Vienne et soutien du candidat de la droite a appelé Emmanuel Macron à revoir ses ambitions à la baisse. "Je dirais à Emmanuel, si je le tutoyais, ‘Emmanuel, ton tour viendra, mais aujourd’hui c’est trop tôt". Quant à Jacques Cheminade, crédité de tout juste 0,5 %, il n’a pas hésité à déclarer sur France Info qu’Emmanuel Macron était "le candidat de la Silicon Valley", celle-là même financée "par l’armée".

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people