Politique

Zap politique 18 mai : le gouvernement d’Édouard Philippe provoque de vives réactions (vidéo)

Zap politique 18 mai : le gouvernement d’Édouard Philippe provoque de vives réactions (vidéo)

Le gouvernement d’Édouard Philippe a été annoncé mercredi 17 mai. Une composition attendue par toute la classe politique, curieuse de savoir si Emmanuel Macron tiendrait ses promesses de campagne. Jeudi 18 mai, les réactions sont nombreuses parmi les invités des matinales politiques.

Le gouvernement d’Édouard Philippe était plus qu’attendu. L’occasion de savoir si Emmanuel Macron tiendrait ses promesses de campagne. Avec 22 membres, dont 11 femmes et 50% de personnalités issues de la société civile, le président de la République semble avoir répondu à ses engagements. Sur France Inter ce jeudi, c’est le Premier ministre en personne qui est venu défendre la  composition de son gouvernement. "Ce n’est pas un exercice facile de constituer un gouvernement. Les contraintes sont multiples", indique-t-il notamment. Richard Ferrand se félicite de ce gouvernement sur  Europe 1. "Ce gouvernement est le gouvernement des promesses tenues : du renouvellement, du dépassement des clivages, de la parité, de l’efficacité", déclare le nouveau ministre de la Cohésion des territoires.

Le gouvernement d’Édouard Philippe critiqué

Les adversaires d’Emmanuel Macron et de son nouveau gouvernement n’ont pas manqué de les tacler ce jeudi 18 mai. "C’est un gouvernement provisoire de quatre semaines", déclare François Baroin sur RTL. Au sujet des élus LR ayant rejoint les rangs d’Emmanuel Macron,  le maire de Troyes indique que "ce n’est pas une prise de guerre, plutôt des prises d’otages".  Invité de l’Opinion, Stéphane Troussel critique fermement ce gouvernement dont il assure  qu’il sera "l’opposant". "Le gouvernement composé par Édouard Philippe et Emmanuel Macron est libérateur et dérégulateur", indique-t-il. Florian Philippot est tout aussi dur avec ce nouveau gouvernement. "C’est recyclage et recasage. On appelle ça un gratin de restes sauf que ça n’est pas un nouveau plat, ce sont des restes", lâche le vice-président du FN.  Le gouvernement Philippe a quatre semaines pour faire ses preuves d’ici au premier tour des élections législatives.

Par Ambre L

Réagissez à l'actu people