Politique

Zap politique 16 février : Emmanuel Macron très critiqué pour ses propos sur la colonisation (vidéo)

Zap politique 16 février : Emmanuel Macron très critiqué pour ses propos sur la colonisation (vidéo)

Emmanuel Macron était au cœur de toutes les interventions des politiques des matinales ce jeudi 16 février. Christian Estrosi, Florian Philippot, Emmanuelle Cosse ou encore Éric Woerth ont tous – plus ou moins fermement – condamné les propos du candidat à l’élection présidentielle. Non Stop Zapping vous en dit plus.

En visite en Algérie, Emmanuel Macron a qualifié la colonisation de crime contre l’humanité lors d’une interview accordée à la chaîne algérienne "Echorouk News", et diffusée le 14 février dernier. La polémique grossit un peu plus chaque jour depuis que ces déclarations ont été révélées. Et chacun, quelle que soit son appartenance politique, a son avis sur la question. Christian Estrosi est resté fidèle à lui-même et plutôt cash sur le plateau de Public Sénat ce matin. "Je ne comprends pas" a déclaré le Président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte-D’azur en précisant tout de même qu’il avait beaucoup d’estime pour Emmanuel Macron. Selon lui, ces déclaration ravivent des "cicatrices du passé" et constituent "une faute majeure".

Emmanuel Macron doit-il s'excuser ?

Sur LCI, Florian Philippot a jugé "irresponsables" les propos d’Emmanuel Macron. Pour le vice-président du Front national, ces derniers sont "extrêmement choquants" car la colonisation a permis d’implanter dans les pays colonisés "les routes, les écoles, les hôpitaux, la langue et la culture française". Le député européen s’est interrogé en disant : "Quel est l’objectif d’Emmanuel Macron ? Quelles plaies veut-il raviver ?". Emmanuelle Cosse était quant à elle invitée de "Télématin" sur France 2. Après avoir fermement condamné les actes des policiers qui sont impliqués dans l’affaire Théo, elle a condamné à son tour les propos du leader d’En Marche ! en expliquant que le terme de crime contre l’humanité n’était pas appropriée. Mais, elle a tout de même exprimé une réserve sur l’acharnement dont est victime Emmanuel Macron depuis ce fameux entretien.

Enfin, Éric Woerth a jugé les déclarations d’Emmnanuel Macron d’'"assez immatures" sur franceinfo. Le député-maire Les Républicains (LR) de Chantilly (Oise) a ensuite martelé son soutien à François Fillon dans la course à la présidentielle. "Nous avons un candidat. C'est François Fillon. Et c'est uniquement François Fillon. Il ne faut pas céder à la panique", a-t-il déclaré.

Par Katia Rimbert

Réagissez à l'actu people