Politique

Zap politique 14 mars : Emmanuel Macron président ? Ses adversaires n’y croient pas (vidéo)

Zap politique 14 mars : Emmanuel Macron président ? Ses adversaires n’y croient pas (vidéo)

Emmanuel Macron est, depuis peu, le favori de l’élection présidentielle. En tête des sondages, engrangeant les soutiens, le candidat d’"En marche" voit également les critiques se multiplier. Les invités politiques des matinales de ce mardi 14 mars n’ont pas manqué de mettre en doute la stature présidentielle de l’ancien ministre de l’Économie.

Emmanuel Macron a le vent en poupe. La semaine dernière, un sondage publié par France Info le donnait pour la première fois en tête des intentions de vote au premier tour de l’élection présidentielle, devant Marine Le Pen. Le leader d’"En Marche" n’a jamais été aussi prêt, selon les sondages, d’accéder à l’Élysée. Mais pour ses adversaires politiques, l’ancien ministre de l’Économie est loin d’avoir la stature et l’expérience pour devenir président de la République. "Emmanuel Macron n’a pas la puissance pour assumer la plus haute responsabilité", estime Jean-Pierre Raffarin sur RTL. "Est-ce qu’on peut confier la gestion du pays à Emmanuel Macron qui n’a même pas su gérer ses impôts ? ", s’interroge Florian Philippot sur Radio Classique au sujet d’une affaire entre le fisc et le candidat à l’élection présidentielle. "Emmanuel Macron est un Rastignac. Il veut ubériser la société. (…) Je ne veux pas de ça pour mes enfants", déclare Alexis Corbière sur LCI.

Emmanuel Macron soutenu par le groupe de Patrick Drahi

Tandis que les uns pointent du doigt le programme présidentiel et la stature d’Emmanuel Macron pour devenir chef de l’État, d’autres le critiquent sur ces nombreux soutiens réels ou fictifs. Répondant à la rumeur qui estime qu’Emmanuel Macron est soutenu par BFMTV, Éric Ciotti se montre catégorique. "Il y a un soutien très clair du groupe de Patrick Drahi pour Macron, c’est évident", déclare-t-il reprenant une thèse avancée par le FN, le "BFMacron". Quant à Jean-Christophe Cambadélis, qui a vu de nombreux socialistes ralliés le candidat d’"En Marche", le premier secrétaire du PS rappelle sur Cnews que "ceux qui parraineront Macron ne pourront plus représenter le parti socialiste aux législatives".

Par Ambre L

Réagissez à l'actu people