Politique

Zap politique 14 avril – Marine Le Pen : la demande de levée de son immunité parlementaire commentée (vidéo)

Zap politique 14 avril – Marine Le Pen : la demande de levée de son immunité parlementaire commentée (vidéo)

La justice française a demandé vendredi 14 avril au Parlement européen la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen. Invitée de France Info, la candidate à l’élection présidentielle a jugé cette procédure "normale". Les autres invités des matinales politiques ont fustigé l’attitude de la présidente du Front nationale.

Une source judiciaire a révélé ce vendredi 14 avril que les juges d’instruction avaient adressé des demandes de levées d’immunité pour les eurodéputées Marine Le Pen et Marie-Christine Boutonnet les 29 et 30 mars. Une information reprise et commentée dans les matinales politiques du jour. Invitée sur France Info, Marine Le Pen ne s’en est pas étonnée. "C’est normal, c’est une procédure classique", déclare la présidente du FN.  "Je pense que c’est la procédure normale", a-t-elle ajouté indiquant qu’elle ne voulait pas "revenir dessus". 

Sur Public Sénat, Alexis Corbière n’a pas mâché ses mots envers la candidate à l’élection présidentielle. "C’est une stratégie qu’elle utilise", déclare le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon.  "Je trouve qu’elle fait une contre-stratégie. ‘Au secours, on m’attaque’. En fait, elle en joue, elle en rajoute pour pouvoir dire ‘c’est la preuve que le système judiciaire est contre moi’",  continue-t-il. 

Marine Le Pen critiquée

Pour Nathalie Arthaud, cette demande est "normale". "Je dénonce ces immunités. Je pense que quand on est élu, quand on a des responsabilités, on doit se soumettre au contrôle et qu’on doit rendre des comptes", déclare la candidate de Lutte ouvrière qui souhaite "supprimer ces immunités". 

Sur BFMTV, Nicolas Dupont-Aignan ne souhaite pas s’attarder sur cette information.  "Que la justice passe, que les hommes politiques respectent la justice. (…)  Que la justice respecte les hommes politiques dans le respect des lois, que tout se passe de manière apaisée", indique le candidat de Debout la France. Même son de cloche pour Florence Portelli sur LCP. "C’est normal de parler de ce qui se passe,  de ce type d’enquête, mais pendant deux mois on a parlé que de ça avec beaucoup de violences. On a oublié le fond, le programme", estime la porte-parole de Frnaçosi Fillon.

Par Ambre L

Réagissez à l'actu people