Politique

Zap politique 10 mai - Départ de Marion Maréchal-Le Pen : David Rachline "respecte sa décision" (vidéo)

Zap politique 10 mai - Départ de Marion Maréchal-Le Pen : David Rachline "respecte sa décision" (vidéo)

ZAPPING - David Rachline qui comprend la décision de Marion Maréchal-Le Pen de quitter le Front national, Eric Ciotti qui tacle les Républicains souhaitant rejoindre Emmanuel Macron ou encore Nadine Morano qui traite le nouveau Président de la République de "monarque" : c'est dans le Zap politique du 10 mai sur Non Stop Zapping.

Mardi 9 mai, Marion Maréchal-Le Pen, nièce de Marine Le Pen et députée Front national, a créé la surprise en annonçant son intention de quitter la vie politique. Après avoir pourtant taclé Emmanuel Macron le soir de son élection, elle ne souhaite visiblement pas être l'une des leaders de l'opposition avec sa tante. David Rachline, autre tête de pont du FN, a respecté sa décision ce matin sur Europe 1 : "Elle veut mener un parcours professionnel en dehors de la politique, je crois que c'est un choix qui est évidemment respectable" estime le sénateur du Var. En cette semaine post-élection présidentielle, les grands partis organisent leur stratégie suite à l'élection d'Emmanuel Macron, et en vue des législatives de juin. Chez les Républicains, Eric Ciotti rappelle que son parti "a décidé qu'il n'y aurait pas de soutien à Emmanuel Macron", et que ceux qui le feraient néanmoins seraient "considérés comme des déserteurs".

Nadine Morano : Emmanuel Macron "se souhaite un peu en monarque de cette République"

A gauche, le candidat largement battu au premier tour Benoît Hamon était invité de la matinale de France Inter, et "assume d'être dans l'opposition", se détachant tout de suite du nouveau Président et de ceux qui rallient son mouvement. "Je ne renonce pas à l'idée de rassembler la gauche" précise-t-il, avant de rappeler tout ce qui le sépare d'Emmanuel Macron. Ce dernier est d'ailleurs sèchement taclé par Nadine Morano sur Public Sénat. La députée européenne des Républicains pense qu'il "se souhaite un peu en monarque de cette République". Une contradiction qui énerve visiblement Nadine Morano, qui n'a que très peu goûté à l'arrivée théâtrale d'Emmanuel Macron au Louvre.

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people