Politique

Vincent Peillon à Manuel Valls : "il a blessé beaucoup de gens de gauche" (vidéo)

Vincent Peillon à Manuel Valls : "il a blessé beaucoup de gens de gauche" (vidéo)

Vincent Peillon était l'invité du Journal Télévisé du 20h de TF1. Le candidat de la primaire de gauche en a profité pour tacler ses adversaires, et en particulier Manuel Valls. Une vidéo que nous vous proposons de découvrir sur le site Non Stop Zapping.

"Manuel Valls, on le sait, a blessé beaucoup de gens de gauche." Invité du journal de 20h sur TF1 le dimanche 8 janvier, Vincent Peillon s'est attaqué à Manuel Valls. Au moment où la campagne s'accélère, Vincent Peillon est d'ores-et-déjà passé à l'offensive. En cette semaine déjà décisive, Vincent Peillon a estimé que l'ancien premier ministre avait " même théorisé l'opposition des deux gauches."

Les critiques envers Manuel Valls ne se sont pas arrêtées là : "Un jour il est parti en parlant du Burkini, un jour il est parti à Munich dire à Madame Merkel pour lui reprocher d'accueillir trop de réfugiés."

Une gauche encore divisée

La campagne éclair de la primaire entame sa dernière ligne droite. Alors que le flou demeure quant à l'issue du scrutin, les débats s'annoncent déjà tendus entre les candidats : " La gauche dans ses valeurs a été blessée mais les autres Arnaud Montebourg et Benoit Hamon qui ont contribué à l'installer Premier ministre, dès qu'ils ont quitté le gouvernement, ils ont critiqué le gouvernement."

Le problème que soulève Vincent Peillon est le besoin de rassemblement pour la gauche avant d'affronter la droite de François Fillon, et l'extrême droite de Marine Le Pen. "Cette division à gauche il faut la surmonter. Il faut rassembler la gauche pour rassembler le pays, c'est mon projet. Monsieur Fillon ne peut pas porter cette espérance, il s'est déporté, et il s'attaque à des valeurs fondamentales. Ne parlons pas de l'extrême droite que je ne mets pas sur le même plan. Donc la gauche doit se ressaisir. Elle doit incarner un sursaut, elle doit être capable de dire à la France, on tourne une page, on va vers l'avant. Nous sommes un pays moderne, nous sommes un pays qui est bien ancré dans sa tradition républicaine. Je suis candidat parce que la République a un genou à terre, on va la relever."

Par Maxime Carignano

Réagissez à l'actu people