Politique

Vincent Lindon : Sa proposition originale aux ministres (vidéo)

Vincent Lindon : Sa proposition originale aux ministres (vidéo)

Dans "C à vous" diffusé ce 8 mars, Vincent Lindon a fait une proposition originale aux ministres pour leur permettre de connaître un peu plus les conditions de vie et de travail des citoyens français. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Ce vendredi 8 mars, Vincent Lindon était l'invité de "C à vous", diffusé sur France 5. Au côté de la présentatrice Anne-Elisabeth Lemoine, l'acteur qui sera à l'affiche du film "Dernier amour" dès le 11 mars prochain est venu parler de sa carrière, mais également de politique. Celui qui n'a pas sa langue dans sa poche a notamment expliqué qu'il comprenait les Gilets jaunes, même s'il n'affirme pas clairement les soutenir. Sur le plateau de l'émission, la star de "La Loi du marché" a déclaré venir d'une famille bourgeoise, mais ne pas se priver pour autant de dire ce qu'il pense sur divers sujets de société. En 2011, Vincent Lindon incarnait au cinéma le rôle d'un Premier ministre dans le film "Pater" et donnait la réplique au président, joué par Alain Cavalier. À l'occasion de la journée de la femme, l'ex de Sandrine Kiberlain a expliqué une idée originale qui lui est visiblement venue lors de son rôle dans la comédie dramatique.

"Le ministre des Finances, je lui donne 20 euros pour la journée"

"J'aurais voulu, mais ça, c'était dans 'Pater' et ça n'est pas resté dans le film… Dans le programme du Premier ministre dans le film, j'aurais voulu que les ministres passent un jour par trimestre comme un quidam de leur corps de métier", commence-t-il. En guise d'exemple, Vincent Lindon développe en imaginant le ministre de l'Éducation nationale "dans une maternelle à 8 heures et demie du matin avec une grande chaise". Au milieu du "brouhaha" et des "hurlements d'enfants jusqu'à 11 heures et demie", le ministre devrait ensuite se diriger vers "le réfectoire" et "manger ce que mangent les enfants". À la fin de la journée, Vincent Lindon souhaiterait voir le ministre "prendre les transports et le RER à Aulney-Sous-Bois". "Le ministre des Finances je lui donne 20 euros pour la journée et je lui dis 'garde en un peu pour demain' et il comprendrait à mon avis (…) qu'on ne peut rien faire", ajoute-t-il, visiblement convaincu que cette méthode pourrait permettre aux élites de réaliser la dureté de la vie de nombreux Français.

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people