Politique

Valérie Trierweiler : son "terrible" souvenir lors de l'élection de François Hollande (vidéo)

Valérie Trierweiler : son "terrible" souvenir lors de l'élection de François Hollande (vidéo)

Dans le documentaire "Elysée, neuf femmes aux marches du pouvoir" diffusé le 5 février dernier sur LCP, Valérie Trierweiler est revenue sur son passage à l'Elysée où elle a vécu difficilement la forte attention médiatique. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

Pour le documentaire "Elysée, neuf femmes aux marches du pouvoir" diffusé le 5 février dernier sur LCP, plusieurs Premières dames dont Carla Bruni, Cécilia Sarkozy ou encore Valérie Trierweiler ont accepté de témoigner sur leur passage au sein de la résidence officielle du président de la République. Compagne de François Hollande lorsqu'il a été élu chef d'Etat en 2012, Valérie Trierweiler a vécu à l'Elysée jusqu'en 2014 lorsqu'elle a découvert la liaison cachée de son compagnon avec l'actrice Julie Gayet. Dans le documentaire, Valérie Trierweiler est revenue sur le jour de l'élection de François Hollande, un 6 mai 2012, où sa vie a basculé, a repéré Gala. "Dès le soir de l'élection, je comprends que la vie privée n'existe plus. Que l'on devient privé de vie. Tout vous échappe, lui vous échappe" a-t-elle confié. z

"Je ne savais plus où poser les yeux"

Face aux nombreuses caméras, Valérie Trierweiler a vécu difficilement le fait de perdre son intimité. "A un moment, quand moi j'ai besoin d'être sécurisée et que j'essaie de lui dire quelque chose qui n'est destiné qu'à lui et que cette phrase, le fameux 'embrasse moi' et lu sur mes lèvres, j'ai trouvé ça terrible, parce que c'était la preuve à la seconde même que aucune intimité ne serait plus possible", a raconté l'ancienne Première dame. Devant tous les regards et visée par les critiques pour la moindre raison, Valérie Trierweiler a déploré cette expérience étouffante : "Vous ne pouvez pas faire un geste sans que le geste ne soit décortiqué, ne soit interprété, ne soit déformé, je ne savais plus où poser les yeux". 

 

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people