Politique

Turquie : Un an après le coup d’État manqué, l’étonnant hommage d’Erdogan (Vidéo)

Turquie : Un an après le coup d’État manqué, l’étonnant hommage d’Erdogan (Vidéo)

Le 15 juillet 2016, une partie de l’armée turque a tenté de s’emparer du pouvoir et de pousser Reccep Tayip Erdogan à quitter son siège de président, faisant près de 300 morts. Un an après, le régime turc rend hommage aux victimes dans un clip de propagande pour le moins étrange. Non Stop Zapping vous montre les images.

Le 15 juillet 2016, des forces dissidentes de l’armée turque entreprennent de renverser le régime de Recep Tayyip Erdogan, en Turquie. Les putschistes, réunis en un groupe appelé "Le conseil de la paix dans le pays" entendaient mettre un terme à une dérive autoritaire du régime d’Erdogan en Turquie. Composé de militaires, il a également reçu le soutien de civils. Dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016, les putschistes ont ainsi bombardé plusieurs sites sensibles du gouvernement turc, à Istanbul et Ankara, principalement. Réprimée dans le sang, la tentative de coup d’État a avorté, laissant derrière elle près de 300 victimes, parmi lesquelles de très nombreux civils, ainsi que des putschistes. Un an après, le régime turc a décidé de rendre hommage aux victimes civiles dans un clip pour le moins étonnant. Reprenant tous les codes du film de propagande, ils montrent des civils se faire abattre par les soldats dissidents et l’on comprend que, par leur action et leur fidélité au gouvernement, ils ont ainsi permis de réprimer le coup d’État.

En Turquie, l’après-putsch inquiète l’Europe

La tentative de coup d’État du 15 juillet dernier, si elle n’a pas abouti, à permis à Recep Tayyip Erdogan d’asseoir son autorité et son pouvoir sur la Turquie. À la suite du putsch, ce sont plus de 150 généraux de l’armée qui ont été limogés, accusés de complicité avec les putschistes ou avec Fethullah Gülen, que le gouvernement turc désigne comme instigateur de la révolte. Depuis un an, ce sont plus de 50 000 personnes, accusées de complaisance avec les putschistes, qui ont été arrêtées et plus de 100 000 limogées. Parmi eux, en plus des militaires, de nombreux journalistes critiques envers le gouvernement mais également des responsables d’ONG. Le 14 juillet 2017, encore, ce sont 7000 officiers de police, soldat et membres de ministère qui ont été radiés. Recep Tayyip Erdogan, grâce une révision constitutionnelle actée après le putsch, devrait pouvoir conserver le pouvoir jusqu’en 2029.

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people