Politique

Toulouse : Plusieurs dégradations en marge des manifestations de lycéens (vidéo)

Toulouse : Plusieurs dégradations en marge des manifestations de lycéens (vidéo)

Ce lundi 3 décembre, à Toulouse comme dans beaucoup d'autres villes françaises, des lycéens ont manifesté contre plusieurs réformes décidées par le gouvernement d'Emmanuel Macron, mais aussi en soutien au mouvement des Gilets Jaunes. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

La colère gronde aussi du côté des lycéens. Ce lundi 3 décembre, plus d'une centaine de lycées ont été bloqués totalement ou partiellement, selon le ministère de l'Éducation nationale. Des manifestations qui surviennent deux jours après le troisième acte du mouvement des Gilets Jaunes. Samedi 1er décembre, des centaines de manifestants ont envahi les Champs-Elysées, faisant régner le chaos total sur la plus belle avenue du monde, pour la deuxième semaine consécutive. Aujourd'hui, c'est au tour des lycéens de crier leur colère et de s'inscrire dans la lignée d'une révolte qui gagne peu à peu du terrain. À Nice, des centaines d'étudiants ont envahi la voie rapide, bloquant la circulation et créant des embouteillages monstres.

Les lycéens en colère

À Toulouse, près de 700 lycéens venus de plusieurs établissements de la ville rose ont convergé vers le centre. Comme en témoignent les images ci-dessus, de nombreuses dégradations sont à déplorer. D'après des informations de source policière communiquées à l'AFP, des boutiques et du mobilier urbain ont été visés dans le quartier des Arènes à Toulouse. Les syndicats lycéens protestent contre la réforme du baccalauréat mais aussi contre la plateforme d'accès aux études supérieurs Parcoursup. À Toulouse, Paris ou à Nice, des centaines de lycéens ont ainsi scandé le slogan "Macron démission", tout en exprimant leur soutien aux Gilets Jaunes. À Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), près d'un lycée professionnel, une voiture a même été incendiée alors que des dizaines de lycéens s'étaient rassemblés. Dans tout l'Hexagone, la colère prend de plus en plus d'ampleur alors que le quatrième acte des Gilets Jaunes se met peu à peu en place. Le pire est-il à craindre ?

Par Sarah Errimi

Réagissez à l'actu people