Politique

Theresa May huée après une visite aux sinistrés de l’incendie de la tour Grenfell de Londres (vidéo)

Theresa May huée après une visite aux sinistrés de l’incendie de la tour Grenfell de Londres (vidéo)

Mercredi 21 juin, Theresa May, Première ministre du Royaume-Uni, est sortie de sa visite aux sinistrés de l’incendie de la tour à Londres sous les huées de la foule. Séquence et explications sur Non Stop Zapping.

Ces derniers temps, il est difficile d’être à la tête du Royaume-Uni aux vues des tragédies qui s’y abattent. En premier lieu, la menace terroriste : après l’attentat à Manchester à la fin du concert d’Ariana Grande, puis les attaques sanglantes à Londres, des fidèles de la mosquée de Finsbury Park ont été attaqués par un homme qui leur a foncé dessus en voiture, dans la nuit du dimanche au lundi 19 juin. À cela s’est rajouté le terrible incendie qui a ravagé un immeuble entier le 14 juin. Pour Theresa May, Première ministre britannique, il faut, en plus de gérer les attaques terroristes, faire face à des sinistres ravageurs.

La réaction de Theresa May contestée

À la suite de ce terrible drame qui a causé la mort d’au moins 79 personnes, la colère des habitants rescapés de l’immeuble et des proches des victimes grondait dans les locaux de la mairie du quartier de Kensington. Selon eux, la mairie aurait menti sur le nombre de victimes et aurait sous-estimé le bilan. En parallèle, une autre polémique a éclaté autour de Theresa May, accusée de ne pas avoir réagi assez vite et d’avoir privilégié la rencontre avec les pompiers et les policiers une fois arrivée sur les lieux du drame. Mercredi 21 juin, elle rendait visite aux sinistrés de l’incendie dans le quartier de North Kensington. À sa sortie, une dizaine de personnes l’attendaient et l’ont huée. La Première ministre s’est très vite engouffrée dans sa voiture, protégée par son cortège de sécurité. La vidéo, partagée sur les réseaux sociaux, a rapidement fait réagir à travers le monde. Theresa May est de plus en plus dans le viseur des Britanniques. Jeremy Corbyn, le chef de l'opposition travailliste, a une fois de plus exigé la démission de la Première ministre. 

Par Sarah Errimi

Réagissez à l'actu people