Politique

Ségolène Royal dénonce une agression sexiste après ses propos sur Fidel Castro (Vidéo)

Ségolène Royal dénonce une agression sexiste après ses propos sur Fidel Castro (Vidéo)

Ce lundi 9 janvier, Ségolène Royale était l’invitée de Gérard Miller dans "Et si c’était vous", pour parler de Jeanne d’Arc et de toutes ces femmes qui ont marqué l’histoire. Elle en a profité pour revenir sur la polémique créée par ses propos lors des funérailles de Fidel Castro, affirmant qu’elle a tout simplement été victime de sexisme. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

 

Le 4 décembre dernier Ségolène Royal se rendait à Cuba assister aux funérailles de Fidel Castro. Alors ministre de l’Ecologie elle y représentait la France, le président n’ayant pas pu se rendre sur place. Elle avait alors suscité l’indignation de la communauté internationale en qualifiant l’ancien dictateur de "monument de l’histoire". La ministre s’était même livrée à un véritable éloge de l’homme en affirmant qu’il avait permis aux cubains de récupérer "leur territoire, leur vie, leur destin. Ils se sont inspirés de la Révolution française sans pour autant connaître la terreur qu'il y a eue pendant la Révolution française", avait-elle expliqué." 

Les critiques n’avaient pas tardé à fuser de la part de personnalités de gauche comme de droite. Jack Lang suggérait que Ségolène Royal avait peut-être bu "un peu trop de rhum", Jean-Pierre Raffarin exigeait quant à lui une sanction. La ministre avait ensuite brièvement répondu à cette pluie de contestations lors d’une séance de questions au gouvernement, à l’Assemblée nationale, confirmant que Cuba ne pouvait pas être une dictature aux vues du nombre de touristes qui s’y rendaient chaque année.

"on n’est pas encore sorti de cette misogynie et de ce sexisme à l’égard des femmes." 

Ce lundi 9 janvier Ségolène Royale, s’est étendue un peu plus longuement sur les raisons de cette polémique, dans l’émission de Gérard Miller "Et si c’était vous". Elle a selon elle été victime, comme l’ont été Jeanne d’Arc et Louise Michel en leur temps, de misogynie de la part de ses attaquants. "Regardez ce que j’ai subi comme attaques pour les choses élémentaires que j’ai dites sur Cuba. Tout de suite l’agression a été sexiste. Ont resurgi le fait que je faisais des bourdes, même avec des mots qui ont été utilisés. J’ai bien senti que dans l’agression idéologique de la droite, sur la façon dont je disais des choses vraies sur Cuba, il y avait cette résurgence de la contestation de l’évaluation historique qu’une femme a droit ou pas le droit de faire même avec mon background et mon expérience politique. C’est très étrange, on n’est pas encore sorti de cette misogynie et de ce sexisme à l’égard des femmes qui font l’histoire et qui émettent un avis sur l’histoire."

L’ancienne ministre ne semble, en tout cas, pas avoir changé d’avis sur l’histoire de Cuba affirmant que le système du pays ne correspond pas à "nos normes démocratiques", mais n’en n’est pas pour autant dictatorial. Avant d’insister encore une fois "tous mes propos peuvent être contestés. Mais ils le sont de façon particulièrement sexiste." 

 

 

Par Camille Esnault

Réagissez à l'actu people