Politique

Scandale Benjamin Griveaux : Joachim Son-Forget soupçonne un complot (Vidéo)

Scandale Benjamin Griveaux : Joachim Son-Forget soupçonne un complot (Vidéo)

Invité sur le plateau du "Morandini Live" pour revenir sur le scandale des photos sexuelles de Benjamin Grivaux, le député Joachim Son-Forget parle d'un piège. (Re)découvrez ses déclarations avec Non Stop Zapping.

Candidat à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux a annoncé son retrait ce vendredi 14 février, à la suite de la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo à caractère sexuel. Sur celle-ci,  un homme est montré en train de se masturber. Des images attribuées au candidat de La République En Marche, dévoilées par l’artiste russe Piotr Pavlenski et relayées par Joachim Son-Forget sur Twitter. Sur le compte de ce dernier, on peut lire en message du lien vers ladite vidéo : "J’espère que ces vidéos sexuelles affligeantes incriminant Benjamin Griveaux et une jeune femme seront démenties par l’intéressé et son équipe car une telle diffamation serait extrêmement grave dans la campagne pour Paris".

Invité sur le plateau de Morandini Live, ce même jour, le député candidat à la présidentielle, s’est expliqué sur sa participation au scandale. "C’est dégueulasse ce que vous avez fait. Vous avez reteweeté", commence par lui lancer Jean-Marc Morandini. Ce à quoi son invité répond : "Moi, je n’ai rien fait. Vous devez retrouver les coupables. On est dans un monde où l’hypocrisie est maître. Vous savez, ce lien, je ne l’ai pas eu de nulle part. Ça tourne avec hypocrisie chez tous les cadres de la macronie depuis plusieurs jours. Et ça tourne dans d’autres milieux. Dans les milieux du renseignement intérieur et de la police, cette information tourne. Les gens savent et il y a un coupable derrière".

Joachim Son-Forget et la théorie du complot

"Vous semblez condamner tout ça. Mais pourquoi vous vous associez à ça ? Mais pourquoi avoir retweeter ?", tente de comprendre le journaliste. Là encore, les explications de son invité semblent bancales : "Moi, je défends toujours les gens qui se font lyncher publiquement. Le lynchage, c’est comme une lapidation". L’ancien membre LREM de 36 ans, continue : "Ce que je veux, c’est qu’on ait la peau du coupable. Ce monsieur Piotr Pavlenski doit être remis dans un avion. L’asile politique qu’il a eu en 2017 en France doit être levé. Il doit être renvoyé chez monsieur Poutine. Ensuite, il y a d’autres gens". Pour Joachim Son-Forget, ce n’est que le début : "Il est très probable que d’autres pièges aient été tendus à d’autres personnes par le même type de profil".

Selon lui : "Il y a quelque chose de grave ! Il y a plusieurs jeunes femmes, au moins deux, qui sont instrumentalisées ou de mèche avec le monsieur qui a fait ce site [Piotr Pavlenski, ndlr] et certainement avec d’autres personnes.  Ils sont en train de cibler des personnalités publiques. Ils vont les voir, essayent de les aguicher, envoient des messages, des photos et des vidéos suggestives. Ils viennent dans leur réunion, tentent des contacts privés. C’est ce qui est en train de se passer. Vous croyez que ce site a été fait par une personne ? Moi, je ne mets pas ma main à couper… Il y aura d’autres personnes. Je dis qu’il est tombé dans un piège".

Par C.F.

Réagissez à l'actu people