Politique

Salah Abdeslam : son frère Brahim avait peur de faire le jihad sans demander à sa mère (vidéo)

Salah Abdeslam : son frère Brahim avait peur de faire le jihad sans demander à sa mère (vidéo)

France 2 diffusera le dimanche 19 mars un documentaire exclusif sur Salah Abdeslam, notamment en retraçant la traque de l'homme. Dans cet épisode, la chaîne dévoile que son frère, Brahim Abdeslam s'inquiétait de savoir s'il pouvait faire le jihad sans la permission de sa mère. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

France 2 diffusera le dimanche 19 mars un documentaire entièrement consacré à Salah Abdeslam. Ennemi numéro un pendant plusieurs mois, l'homme est l'unique survivant des commandos terroristes du 13 novembre 2015. Et dans l'émission "Cellule de crise" à partir de 22h55, la chaîne reviendra notamment sur l'incroyable chasse à l'homme en Europe. Le tout avait duré près de quatre mois. Et s'il la traque avait commencé par de nombreux ratés par les polices belges et françaises, Salah Abdeslam avait été arrêté à Bruxelles, à Molenbeek-Saint-Jean, le 18 mars 2016. Son arrestation faisait suite à l'effroyable attentat qui avait fait 130 morts à Paris et Saint-Denis. Quelques jours plus tard, le 22 mars 2016, la Belgique connaissait aussi son premier attentat dans un aéroport de Bruxelles et dans le métro. Au total, c'était près de 32 morts, pour 340 blessés.

L'anecdote sur Brahim Abdeslam

Dans l'épisode dévoilé par France 2, l'extrait porte aussi sur le frère de Salah Abdeslam, Brahim. Dans sa voiture, une feuille avait été découverte par les policiers concernant un forum jihadiste sur Internet. A l'intérieur, l'homme s'inquiétait de pouvoir faire le jihad sans l'autorisation de sa mère. Sur le site, il était écrit : "si l'autorité t'ordonne de faire le jihad, tu dois le faire, même sans la permission de ta mère, conformément à la parole d'Allah le très haut". Le magazine traitera également des erreurs en termes de sécurité, mais aussi en retraçant les traces des djihadistes.

Par Maxime Carignano

Réagissez à l'actu people