Politique

Roselyne Bachelot : "Je crois que j'ai fait du mal à Jacques Chirac"

Roselyne Bachelot : "Je crois que j'ai fait du mal à Jacques Chirac"

Lorsqu'elle était Ministre de l'Ecologie sous Jacques Chirac, Roselyne Bachelot a été malgré elle à l'origine d'un "tonnerre médiatique" suite à une révélation sur Jacques Chirac. Des propos qu'elle regrette aujourd'hui d'avoir tenu et sur lesquels elle s'est confié dans Retour vers le passé sur BFMTV.

En tant que chroniqueuse dans Le Grand 8, Roselyne Bachelot est plutôt du genre à dire ce qu'elle pense et de façon parfois assez cash. Elle l'avait notamment démontré lorsqu'elle avait donné son avis sur la nouvelle campagne de la PéTA qui avait pour égérie Zahia : "Moi je trouve que ça fait plutôt 'L'Association Pétasse' hein ! Celle-là je ne pouvais pas ne pas la faire quand même !" avait-elle ainsi lancé avant de retrouver son sérieux et d'ajouter : "C'est du racollage. C'est un message à double sens. On comprend bien ce qu'on veut dire mais si on voulait présenter la femme comme un bout de viande..."

"Je crois que j'ai fait du mal à Jacques Chirac"

A l'époque où elle était ministre, son franc parler lui a apporté quelques petits problèmes, notamment avec Jacques Chirac et son entourage. En effet, elle s'est confiée ce mardi 11 août dans Retour vers le passé sur BFMTV au sujet de cette petite phrase qu'elle avait dite sur celui qui était alors président de la République en novembre 2003 : "Est-ce que le président porte un appareil auditif’, question à laquelle je réponds ‘Il me semble que oui’ va susciter un tonnerre médiatique et un tonnerre à l’intérieur du gouvernement que je n’avais absolument pas imaginé" raconte-t-elle ainsi.

La santé de Jacques Chirac étant régulièrement au coeur de rumeurs, cette information divulguée par Roselyne Bachelot avait fait grand bruit. Mais, l'ancien chef de l'état avait préféré démentir comme le souligne la chroniqueuse du Grand 8 : "Le premier qui m’en parle, c’est Jacques Chirac au conseil des ministres, poursuit-elle. Il me dit ‘Tu sais, je n’ai jamais porté d’appareil auditif, j’ai juste un petit pansement dans l’oreille’. Et je me souviens encore de ma réflexion : je lui donne une petite claque sur la joue en lui disant ‘Ecoute Jacques, arrête de dire des conneries !’. […] Et les choses s’arrêtent là"

Si face à lui elle avait d'abord présenté cette affaire avec légèreté, elle explique aujourd'hui qu'elle aurait mieux fait de se taire "Je n’ai jamais eu de mots avec Jacques Chirac. Et d’ailleurs le soir, je vais lui écrire une lettre que je vais lui faire porter en disant que je suis totalement désolée que ça ait pris ces proportions. Et, à bien y réfléchir aujourd’hui, si c’était à refaire, je ne le referais pas. Je ferai de la langue de bois, c’est idiot. […] Parce que je crois que je lui ai fait du mal. Et ce n’était pas mon but avec Jacques Chirac. Le surlendemain, je suis à une réception et Bernadette Chirac est là et elle s’approche glaciale de moi et me dit ‘Vous en avez fait de belles, Madame’ !"

Celle qui était à l'époque Ministe de l'Ecologie regrette d'autant plus cette petit phrase en sachant que celle-ci lui a "couté [son] poste au gouvernement" "J’ai revu Jacques Chirac, car cette affaire m’a coûté mon poste au gouvernement, peu de temps après mon départ à une réception officielle. Il me regarde et me dit ‘De toute façon, tout ce que tu fais est bien’. Il l’a dit avec un clin d’œil, c’était une façon sans doute de m’accorder son pardon et de reconnaître peut-être ses fautes. Ça a été un joli moment entre nous deux" conclut-elle.

Réagissez à l'actu people