Politique

Quotidien : François Fillon insulté dans les Ardennes, son service d'ordre intervient (vidéo)

Quotidien : François Fillon insulté dans les Ardennes, son service d'ordre intervient (vidéo)

La polémique autour du possible emploi fictif de Penelope Fillon n’est pas prête de prendre fin. Elle vient même d’être fortement relancée par une interview diffusée par le magazine "Envoyé Spécial", sur France 2, montrant l’épouse de François Fillon, déclarer qu’elle n’avait jamais été son assistante. Une affaire qui complique sa campagne, comme l'a montré "Quotidien", sur TMC, ce jeudi 2 février lors d’un déplacement dans les Ardennes, ponctué par les insultes d’un habitant. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

François Fillon, en pleine campagne présidentielle, se déplaçait ce jeudi 2 février, dans les Ardennes, où il s’est violemment fait interpeller, comme le montrent les images tournée par "Quotidien", sur TMC. Un "Fillon, voleur. Démission ! 800 000 balles pour que Penelope aille acheter du pain à la boulangerie. Enfoiré !" a retenti alors que l’homme politique regagnait sa voiture.  Droit dans ses bottes, ce dernier a fait mine de ne pas entendre les insultes qui lui sont lancées, mais il semble difficile aujourd’hui de continuer sur cette voie et de poursuivre sa campagne comme si de rien n‘était. Ces réactions sont bien-sûr déclenchées par l’article paru le 25 janvier dernier, dans le "Canard Enchaîné", révélant que ce dernier aurait embauché sa femme comme attachée parlementaire de 1988 à 2007, puis de 1998 à 2007, mais aussi de 1988 à 1990. Un travail pour lequel elle aurait touché près de 800 000 euros, alors que l’Assemblée nationale ne peut fournir presque aucune preuve confirmant que la femme de l’ancien Premier ministre ait bien occupé ce poste. 

"Fillon, démission !"

Un soupçon d’emploi fictif, renforcé ce jeudi 2 février par une interview donnée en mai 2007 par l’épouse Fillon au "Sunday Telegraph". C’est "Envoyé Spécial" qui a réussi à mettre la main sur l’entretien de 45 minutes, sortie des mémoires. Cette dernière confiait n’avoir "jamais été l’assistante" de son mari. « Je n'ai jamais été son assistante, ou quoi que ce soit de ce genre-là. Je ne me suis pas occupée de sa communication non plus." Des déclarations qui s’ajoutent à la révélation, le 1 février, toujours par le "Canard Enchaîné", que les deux enfants avocats, de François Fillon, qu’il dit avoir embauché au Sénat, entre 2005 et 2007 "en raison de leurs compétences", n’avaient, à cette date, pas encore prêté serment. Mais malgré les preuves accablantes et l’enquête du Parquet national financier, le candidat des Républicains n’a pas l’intention d’abandonner et a exhorté, ce mercredi, ses partisans à la patience, comme l’a révélé un enregistrement clandestin

Une patience qu’ils semblent perdre, comme en témoigne cette scène des Ardennes. De nombreux partisans de la première heure se disent "déçus", un sentiment qui gagne également les rangs de la droite. Plusieurs députés Républicains, à l’instar de Georges Fenech, ont appelé à sa démission estimant que sa candidature était caduque. 

Par Camille Esnault

Réagissez à l'actu people