Politique

Quand Jean Lassalle, accusé d'agression sexuelle, évoque un complot (vidéo)

Quand Jean Lassalle, accusé d'agression sexuelle, évoque un complot (vidéo)

C'est Quotidien qui a mis la main sur ces images assez étonnantes. Invité sur Sud Radio, mercredi 14 novembre, Jean Lassalle est revenu sur les accusations d'agression sexuelle dont il fait l'objet. Comme ligne de défense, le député a opté pour le complot. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Avec sa spontanéité, ses petites phrases lunaires et son accent chantant, Jean Lassalle a animé la dernière élection présidentielle. Même s'il ne l'a pas gagnée, la côte de popularité du député des Pyrénées-Atlantiques a fortement grimpé. Seulement voilà, en octobre 2017, l'image publique de Jean Lassalle plie sous le poids de graves accusations. "Je me dirigeais vers l'hémicycle, j'ai croisé monsieur Lassalle. Je suis grande, il est grand, je lui ai souri, j'ai senti une main aux fesses et il est parti", expliquait alors Julia Castanier sur Twitter par le biais du hashtag "Balance Ton Porc". À l'époque des faits présumés, en 2010, elle occupait le poste d'attachée parlementaire.

Un complot ?

De son côté, Jean Lassalle n'a pas tardé à répondre à ces accusations : "Je ne connais pas cette dame. Je ne me souviens pas de cet épisode. Je suis quelqu'un de truculent, de tactile, mais je sais faire la différence entre une main sur un bras que je reconnais poser aussi bien sur les hommes que sur les femmes et une main au cul, je m'en souviendrais !" avait-il déclaré dans les colonnes de Sud Ouest. Toutefois, le député des Pyrénées-Atlantiques avait tenu à s'excuser auprès de celles qu'il aurait pu "blesser". Un an plus tard, Jean Lassalle change de ton. Invité dans Sud Radio, mercredi 14 novembre, il a énoncé son étonnante plaidoirie : "Tout ça est piloté (…) On veut me porter atteinte et porter atteinte à mon image, à ce que je représente, à mon indépendance. Et ça vient de très haut, ça a été piloté depuis le début par Monsieur Macron."

Par Sarah Errimi

Réagissez à l'actu people