Politique

Primaire à gauche : Vincent Peillon attaque violemment Marine Le Pen et son "fascisme rampant" (vidéo)

Primaire à gauche : Vincent Peillon attaque violemment Marine Le Pen et son "fascisme rampant" (vidéo)

Vincent Peillon était mardi 3 janvier sur France 2 pour développer quelques idées exposées dans son programme, dévoilé quelques heures plus tôt. Mais surtout, l’ancien ministre de l’Education nationale a violemment attaqué Marine Le Pen en dénonçant le "fascisme rampant " qui la caractérise selon lui. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Mardi 3 janvier, Vincent Peillon a dévoilé son programme, à trois semaines du premier tour de la primaire de la gauche. Ardent défenseur du bilan de François Hollande, comme Manuel Valls, l’ancien ministre de l’Education nationale a principalement proposé la création d’un bouclier fiscal pour les plus modestes, évoqué sa volonté de revenir sur certains aspects de la loi travail et insisté sur sa volonté de poursuivre la refondation de l’école qu’il avait entamée de 2012 à 2014. Enfin, Vincent Peillon souhaite l’instauration d’un mandat unique pour les parlementaires.

"C'est intolérable"

Invité de France 2 mardi soir, le candidat à la primaire de la gauche a pu revenir un peu plus en détails sur certains points de son programme. Mais surtout, alors que certains de ses rivaux s’en prennent sans cesse à Manuel Valls, Vincent Peillon a signalé que le problème venait d’ailleurs, et surtout de Marine Le Pen : "Le problème, ce n'est pas Manuel Valls. Le problème, c'est le fascisme rampant de madame Le Pen" a-t-il lancé, "certains veulent utiliser la laïcité - ça a déjà été fait dans le passé, contre certaines catégories de population. C'était il y a quarante ans, les juifs à qui on mettait des étoiles jaunes. C'est aujourd'hui un certain nombre de nos compatriotes musulmans qu'on amalgame souvent avec les islamistes radicaux. C'est intolérable". Des propos auxquels Marine Le Pen, qui a fait son retour médiatique mardi, ne devrait pas trop tarder à réagir. 

Par Benjamin S.

Réagissez à l'actu people