Politique

Primaire à gauche : les candidats s’attaquent à Manuel Valls sur l'accueil des migrants (vidéo)

Primaire à gauche : les candidats s’attaquent à Manuel Valls sur l'accueil des migrants (vidéo)

Lors du deuxième débat de la primaire de la gauche sur BFMTV, Itélé, le ton est monté d'un cran entre Manuel Valls et Vincent Peillon concernant le sujet des migrants. Une vidéo que nous vous proposons de découvrir sur le site Non Stop Zapping.

Vincent Peillon est passé à l'offensive en ce deuxième débat de la primaire de la gauche. Face à Manuel Valls sur le dossier des migrants, le ministre de l'Education a tenté de montrer son désaccord sur les positions de l'ancien premier ministre le dimanche 15 janvier. Le débat sur le dossier des migrants a ainsi été marqué par le premier tacle plutôt houleux de l'ancien ministre de l'Education nationale : "on ne critique pas la France" à l'encontre de Manuel Valls.

Ce débat a aussi été marqué par les premières tensions entre les sept candidats. Alors que Manuel Valls montrait sa satisfaction concernant la politique de la France sur l'accueil des migrants : "la France a eu raison de mener cette politique", Benoît Hamon n'a pas été tendre avec son homologue : "avec cette politique, sommes-nous à la hauteur de nos valeurs ?". Selon Benoît Hamon, la France peut accueillir "davantage de migrants".

Manuel Valls défend son bilan

Vincent Peillon engage alors le nom du Président de la République pour appuyer son argument : "il y a eu une gêne du Président de la République, car cette position qui n'a pas été respectée d'ailleurs, puisque c'était 30.000 et on est à 5.000. Ce n'était pas un engagement qui nécessitait une idée de la France".

Manuel Valls tente de se défendre sur la question des migrants : "en effet, nous nous sommes engagés sur 30.000, nous sommes aujourd'hui à 5.000, et sur les pays européens qui se sont engagés, nous sommes les premiers. Il faudra donc tenir cet engagement, mais c'est difficile. Pour cela, il faut parler avec les maires, les associations, les ONG, les responsables de l'Etat, accueillir ce n'est pas théorique c'est concret."

Sylvia Pinel, candidate du Parti radical de gauche, a quant à elle estimé que la France avait été à la hauteur sur l'accueil des migrants, notamment à la tradition "humaniste et digne".

Par Maxime Carignano

Réagissez à l'actu people