Politique

Primaire à droite : Alain Juppé tacle François Fillon sur ses soutiens d’extrême droite (vidéo)

Primaire à droite : Alain Juppé tacle François Fillon sur ses soutiens d’extrême droite (vidéo)

Invité de la matinale de RTL mercredi matin, Alain Juppé en a remis une couche sur François Fillon. Après s’être interrogé la veille sur la position de son rival sur l’avortement, le maire de Bordeaux a cette fois-ci pointé du doigt les soutiens d’extrême droite de l’ancien Premier ministre. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

La bataille de l’entre-deux-tours fait rage. Officiellement opposés au deuxième tour de la primaire de la droite et du centre depuis dimanche soir, François Fillon et Alain Juppé n’ont pas perdu un instant pour se lancer à l’assaut. Dès lundi, le maire de Bordeaux a ainsi insisté sur le côté traditionaliste de son rival avant de s’interroger mardi, sur Europe 1, sur sa position floue vis-à-vis de l’avortement. Clairement pas favori des sondages, Alain Juppé a donc fait le choix d’attaquer François Fillon sur son programme, pas forcément très bien connu de tous.

"On m'a rebaptisé Ali Juppé, grand mufti de Bordeaux"

Et mercredi matin, alors qu’il était l’invité de la matinale de RTL, Alain Juppé s’est attaqué aux soutiens d’extrême droite de François Fillon, qui se multiplient depuis quelques jours : "C’est un constat" a-t-il déclaré. Interrogé sur ce qu’il souhaitait que son rival fasse de ces soutiens, le maire de Bordeaux a rapporté la situation à son cas personnel : "Qu’est-ce qu’on m’a demandé à propos de François Bayrou ? On parle en ce moment de Fillon bashing, je voudrais attirer l’attention sur le Juppé bashing. Qui a protesté contre l’odieuse campagne dont j’ai été l’objet pendant des mois ? On m’a accusé d’avoir construit à Bordeaux une gigantesque mosquée qui n’existe pas. On m’a ensuite rebaptisé Ali Juppé, grand mufti de Bordeaux et dans la dernière période j’ai été complice des salafistes et des antisémites...J’observe que personne ne s’est insurgé contre cette campagne".

Par Benjamin S.

Réagissez à l'actu people